AccueilScience & Technologie« 2024 pourrait bien être l’an I du bouleversement de l’informatique quantique »

« 2024 pourrait bien être l’an I du bouleversement de l’informatique quantique »

Etre là et ailleurs en même temps. C’est ce qui se passe souvent dans notre cerveau, mais cela existe aussi dans la réalité physique. C’est l’une des propriétés de la physique quantique, qui théorise les propriétés des atomes et des particules. Décrite depuis plus de cent ans, cette science a donné naissance à l’électronique moderne, des lasers aux semi-conducteurs. Pourtant, elle n’en est qu’à ses balbutiements. Depuis les années 1970, les physiciens tentent d’élaborer un ordinateur quantique, où les particules remplaceraient les puces et révolutionneraient l’informatique.

Écouter aussi Ordinateur quantique : la prochaine révolution de l’informatique ?

2024 pourrait bien être l’an I de ce bouleversement. La société française Pasqal, fondée notamment par le Prix Nobel de physique (2022) Alain Aspect, a annoncé trois étapes cruciales dans la très longue marche de cette technologie vers la réalité technologique et industrielle. La première est la livraison de son premier ordinateur au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, le 19 juin. La deuxième est la signature de deux contrats avec de vrais industriels : le pétrolier saoudien Aramco et l’armateur français CMA CGM, qui va investir dans la start-up, former ses ingénieurs au quantique et utiliser les machines de Pasqal. Enfin, une étape technologique majeure a été franchie dans la course à la taille.

Montée en puissance

La technologie dite des « atomes neutres » suivie par Pasqal, ainsi que par IBM, consiste à manipuler des atomes à l’aide d’une pince laser. Plus on en manipule en même temps, plus la capacité de calcul est grande. Les deux entreprises ont été les premières à passer le cap des cent atomes dans la même boîte. Le 25 juin, Pasqal est parvenue à en mettre mille. Les chercheurs disent mille « qubits », en analogie aux bits informatiques. On estime qu’à partir de cette taille, on pourra enfin démontrer la supériorité du quantique sur un ordinateur classique, cet « avantage quantique » que les chercheurs attendent depuis un demi-siècle.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’ordinateur quantique sort des limbes

La technologie choisie par les deux entreprises, qui ont signé un partenariat le 6 juin, permet, selon elles, de monter en puissance plus facilement que les technologies concurrentes. Et la barre des 10 000 qubits est promise pour 2026. On pourra alors faire en quelques secondes des calculs qui auraient pris des milliers d’années avec un ordinateur classique. De quoi ouvrir des champs d’innovation exceptionnels dans l’énergie, la chimie, les transports ou la finance, même si la machine ne sait que calculer, mais pas raisonner avec un algorithme comme un ordinateur. Elle est donc un complément, comme une puce des millions de fois plus rapide et peu gourmande en énergie. Un saut quantique, qui prouve qu’en dépit de la morosité ambiante, la recherche française a encore du ressort.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici