AccueilActualités FranceAu PS, la stratégie d’apaisement de Mayer-Rossignol, un an après son combat...

Au PS, la stratégie d’apaisement de Mayer-Rossignol, un an après son combat contre Faure

Nicolas Mayer-Rossignol, le maire socialiste de Rouen
CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le maire de Rouen, ex-finaliste du congrès, veut revenir sur le devant de la scène et souhaite participer à la recomposition de la gauche.

Si Raphaël Glucksmann fait aujourd’hui l’unanimité pour représenter le Parti socialiste aux élections européennes, son nom aurait bien pu passer à la trappe. L’histoire l’a oublié mais la casquette aurait pu revenir à Nicolas Mayer-Rossignol, le maire de Rouen. Le premier secrétaire, Olivier Faure, lui en avait fait la proposition pour trouver une sortie de crise au rocambolesque congrès de janvier 2023. À l’issue des résultats, les deux hommes étaient donnés à touche-touche alors que leurs camps respectifs dénonçaient des fraudes lors du vote. «On ne m’achète pas avec des postes», lui avait répliqué Nicolas Mayer-Rossignol, engagé dans la bataille interne pour protester contre «l’alignement» du PS sur LFI au sein de la Nupes. Le nœud avait finalement été dénoué autrement : Olivier Faure avait été reconduit sur la base du vote des textes d’orientation – sorte de premier tour – où il était arrivé largement en tête.

«Je ne veux pas ressasser»

La vague de tensions, montée très haut à l’hiver 2023, est retombée…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici