AccueilActualités FranceFrance: la déception des agriculteurs après le discours de Gabriel Attal

France: la déception des agriculteurs après le discours de Gabriel Attal

Le discours de politique générale de Gabriel Attal a été suivi par les agriculteurs réunis à Jossigny, à 40 Km de Paris, sur ce blocage de l’autoroute A4. Reportage.

Publié le :

1 mn

 

La centaine d’agriculteurs réunis sur cette portion d’autoroute ont écouté religieusement la prise de parole du Premier ministre autour d’une enceinte de fortune.

Et à peine Gabriel Attal avait terminé que l’on voyait les visages déconfits des participants… Réaction d’Alain, béret sur la tête et bottes boueuses aux pieds. Il n’attendait rien, mais il est quand même déçu.

Je pense que Gabriel Attal, déjà dans un premier temps, il nous a flatté, il a des convictions, il a su nous parler. Tout à l’heure, j’ai failli applaudir. Je croyais que c’était un leader syndicaliste de l’agriculture. Bon, le problème, je vais vous dire, c’est tout simple, c’est qu’en fin de compte, nous, on a les pieds sur terre et on se base encore sur des vieux dictons. Et là je vais vous dire le dicton, c’est « balai neuf balaie bien ». Et donc j’attends, j’attends 15 jours, 3 semaines… Mais les paysans qui sont là, où je suis avec eux, ils n’attendront pas. Ils n’attendront pas 15 jours, je suis désolé, ils n’attendront pas qu’un jour… Il faudra que le balai marche bien. Et le balai, c’est balayer les ordres de Bruxelles et aujourd’hui, mes copains agriculteurs, tous mes copains là, ils sont étouffés uniquement par ça.

Alain, agriculteur: « J’ai failli applaudir. Je croyais que c’était un leader syndicaliste…»

Stéphane Geneste

Tous attendaient des mesures fortes, des annonces… et surtout un pas du gouvernement vers eux, mais ce n’est pas le cas, ils s’en désolent ici à Jossigny.


À lire aussiAgriculteurs, bas salaires, école: ce qu’il faut retenir de la déclaration de politique générale

D’autres veulent changer de braquet… Motivés et remontés, ils resteront sur ce blocage et dans les prochaines heures, ils prendront la route, en tracteur, vers Bruxelles pour faire entendre leur voix devant les institutions européennes. Et pourquoi pas rejoints par leurs homologues européens.

À lire aussiCrise agricole en France: nouvelle journée de mobilisations, les politiques sur tous les fronts



Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici