AccueilActualités FranceFrance: les syndicats agricoles majoritaires appellent à suspendre les blocages

France: les syndicats agricoles majoritaires appellent à suspendre les blocages

Les syndicats agricoles majoritaires en France ont appelé ce jeudi 1er février 2024 à suspendre les blocages, après une série d’annonces du Premier ministre Gabriel Attal en faveur du secteur en crise. 

Publié le : Modifié le :

5 mn

« Au vu de tout ce qui avait été annoncé […], il faut qu’on change de modes d’action et donc nous appelons nos réseaux […] à suspendre les blocages et à rentrer dans une nouvelle forme de mobilisation », a déclaré le président des Jeunes Agriculteurs, Arnaud Gaillot, aux côtés du patron du puissant syndicat agricole FNSEA Arnaud Rousseau, qui a lui salué « des avancées tangibles ».

Les syndicats posent plusieurs conditions pour ne pas reprendre le mouvement : de « premiers résultats » d’ici au Salon de l’agriculture (24 février – 3 mars) puis l’adoption d’une loi d’orientation et d’avenir agricole ainsi que de mesures européennes d’ici au mois de juin. « Si d’ici au mois de juin, ces marqueurs ne sont pas remplis, nous n’hésiterons pas à re-rentrer dans un mouvement de mobilisation d’ampleur générale », a déclaré Arnaud Gaillot. Les deux responsables ont réclamé un document de synthèse mettant par écrit toutes les annonces du gouvernement.

 Avant le Salon de l’agriculture, « on a quinze jours pour regarder si tout ça, c’est sérieux, c’est crédible, ça tient la route », a déclaré Arnaud Rousseau. Le patron de la FNSEA a de façon générale salué « l’écoute » du Premier ministre « pour essayer de comprendre ce que sont nos enjeux, nous recevoir, échanger, discuter et finalement annoncer en plusieurs salves des mesures d’urgence ».

De nouvelles aides et un plan Ecophyto mis « en pause » 

Pour sa troisième salve, le Premier ministre Gabriel Attal a présenté une quinzaine de mesures dévoilées durant une conférence de presse très dense. Parmi elles, il y a 150 millions d’euros d’aide pour les éleveurs. Une réponse à ceux qui réclament de meilleurs revenus. L’une des grosses annonces de cette conférence de presse, c’est aussi la « mise en pause » du plan Ecophyto, un plan qui vise à réduire l’usage des pesticides dans les cultures. Là aussi, c’était l’une des demandes principales des agriculteurs.

Un agriculteur épendant des pesticides sur son champ en 2018 à Villefranche-de-Lauragais. © AFP – Remy Gabalda/File photo

Le gouvernement veut empêcher l’importation en France de fruits et légumes traités avec le pesticide thiaclopride, un produit interdit en Europe. Une mesure parmi d’autres pour protéger les producteurs français de la concurrence déloyale selon Gabriel Attal qui compte négocier au niveau européen sur la question de l’importation de céréales ukrainiennes.

Il a enfin été longuement question de la loi Egalim, ce texte qui protège les revenus des agriculteurs. Bruno Le Maire a prévenu : toutes les plus grandes chaines de la grande distribution seront contrôlées dans les prochains jours sans exception.

Gabriel Attal a également annoncé le relèvement des seuils d’exonération sur les successions agricoles. Il s’est engagé à assouplir les règles imposant aux agriculteurs de maintenir des surfaces en prairies en appliquant « une dérogation à l’obligation de réimplantation pendant un an ».

À lire aussiUne centaine d’agriculteurs interpellés en France, l’UE lâche du lest

 

L’UE toujours visée par la FNSEA

« Dans le même temps, nous nous interrogeons sur la surdité de l’Europe », a ajouté Arnaud Rousseau, évoquant « l’incompréhension grandissante entre une technostructure murée dans ses bureaux à Bruxelles et les réalités de ce que nous vivons dans nos exploitations ».

Juste après ces déclarations, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé jeudi 1er février 2024 une proposition pour « réduire le fardeau administratif » pesant sur les agriculteurs, pour répondre à la colère de ce secteur. « Nous allons travailler avec la présidence belge [du Conseil de l’UE] sur une proposition que nous allons présenter […] pour réduire le fardeau administratif » de la Politique agricole commune, a déclaré la responsable allemande à l’issue d’un sommet européen.

Consternation du côté des ONG environnementales

La consternation domine parmi les ONG environnementales après l’annonce du gouvernement d’une mise en « pause » du plan Ecophyto de réduction de l’usage des pesticides, que réclamait une partie du monde agricole en colère. « Générations Futures dénonce ces mesures totalement rétrogrades nous ramenant plus de 15 années en arrière », a déclaré son porte-parole François Veillerette dans un communiqué. « Il s’agit d’une erreur politique majeure, car si la question du revenu agricole est une vraie question pour un certain nombre d’agriculteurs, ce n’est pas en sacrifiant l’environnement et les ressources naturelles qu’on règlera ce problème, bien au contraire », a-t-il ajouté.

« Cette annonce est donc aussi un refus de se plier à une décision de justice », a fustigé auprès l’ONG Pollinis. « Tout ça n’a pas de sens », déplore Sandrine Bélier, directrice de l’ONG Humanité et Biodiversité, jointe par l’AFP. « Certes, il vaut mieux suspendre que d’avoir une stratégie au rabais, mais Ecophyto est le principal plan qui accompagne les agriculteurs dans leur transition économique », via le financement de la recherche et des expérimentations.

« Cette annonce est donc aussi un refus de se plier à une décision de justice », a fustigé auprès l’ONG Pollinis. « Tout ça n’a pas de sens », déplore Sandrine Bélier, directrice de l’ONG Humanité et Biodiversité, jointe par l’AFP. « Certes, il vaut mieux suspendre que d’avoir une stratégie au rabais, mais Ecophyto est le principal plan qui accompagne les agriculteurs dans leur transition économique », via le financement de la recherche et des expérimentations.

(Avec AFP)

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici