AccueilActualités FranceLégislatives anticipées en France: Jordan Bardella sur les rangs pour Matignon

Législatives anticipées en France: Jordan Bardella sur les rangs pour Matignon

Le leader d’extrême droite Jordan Bardella, qui conduit la campagne du Rassemblement national aux élections européennes, sera candidat au poste de Premier ministre. L’annonce a été faite ce lundi matin, au lendemain du scrutin et de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, par le vice-président du parti Sébastien Chenu.  

Publié le :

2 mn

 Le leader d’extrême droite français, Jordan Bardella, sera le candidat de son parti, le Rassemblement national (RN), pour le poste de Premier ministre en France, a annoncé lundi le vice-président du parti Sébastien Chenu. 

« Jordan Bardella a été élu député européen, donc il a déjà l’onction populaire » et « c’est notre candidat pour aller Matignon », la résidence officielle du Premier ministre, a déclaré M. Chenu à la radio RTL, au lendemain de l’annonce de la convocation de législatives anticipées après le succès de l’extrême droite française aux élections européennes.

« Jordan BardeIla mènera la campagne des 577 candidats pour aller à Matignon » a ajouté M. Chenu. Jordan Bardella, 29 ans, figure depuis plusieurs mois dans le Top 50 des personnalités préférées des Français, détrônant Marine Le Pen. Membre du Front national, qui a donné naissance au Rassemblement national, depuis 2012 (il est né en 1995), il a successivement été assistant parlementaire puis porte-parole du parti. Jordan Bardella avait déjà conduit la liste européenne du RN en 2019, liste qui avait obtenu 23, 3 % des voix.   

À lire aussiRN : y a-t-il de la friture sur la ligne entre Jordan Bardella et Marine Le Pen?

Pour ces élections, le RN ne fera pas d’alliance avec d’autres partis, mais proposera une plateforme électorale qui « s’adressera à tout le monde en dehors des partis politiques », a-t-il ajouté. « On peut avoir des gens qui ont fait d’autres choix politiques, qui ont soutenu les LR, qui ont soutenu Emmanuel Macron dans le passé ou avoir soutenu la gauche, mais qui se retrouvent sur nos propositions ».

Une nouvelle campagne qui démarre

Le RN a très largement remporté les élections européennes en France avec 31,36 % des suffrages exprimés, devant la majorité présidentielle (14,6 %) et le Parti socialiste (13,83 %). Sa liste a caracolé en tête des sondages depuis le début de l’année. Ce raz de marée de l’extrême droite a poussé le président Emmanuel Macron à dissoudre l’Assemblée nationale et à convoquer des élections législatives les 30 juin et 7 juillet.

Jordan Bardella: «Le président de la République ne peut rester sourd au message envoyé par les Français»

C’est une nouvelle campagne qui a commencé dès dimanche soir. Dès l’annonce de la dissolution, les élus du Rassemblement national ont quitté la soirée électorale pour réunir un bureau exécutif… Car il n’y a pas une minute à perdre. La campagne va être menée au pas de charge. Trois semaines d’ici le premier tour, c’est très rapide. Le délai le plus court que permet la Constitution.

À lire aussiFrance: entre stupéfaction, joie et consternation chez les militants après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée

 

 

Le coup de poker d’Emmanuel Macron

Cette dissolution était une demande du Rassemblement national, mais personne n’y croyait vraiment. Un conseiller de Marine Le Pen, quelques minutes seulement avant la prise de parole du chef de l’État, nous confiait, « Emmanuel Macron ne le fera jamais », rapporte Pierrick Bonno du service politique de RFIEh bien si !

Avec la dissolution, Emmanuel Macron tente un coup de poker. On peut toujours échafauder des scénarios, mais personne n’est dans la tête d’Emmanuel Macron. Il faut réécouter sa déclaration hier soir, relire ses derniers messages sur les réseaux sociaux : le chef de l’État dit avoir confiance en la capacité des Français à faire le choix le plus juste. Comme s’il semblait appeler les Français à la raison en leur demandant de revenir dans le fameux arc républicain… Mais c’est indéniable, le Rassemblement national n’a jamais été aussi proche de gouverner. Est-ce que ce ne serait pas l’objectif d’Emmanuel Macron : envoyer le RN à Matignon pour mieux le contenir et montrer son impuissance. C’est l’une des hypothèses, très risquée, qui circulent ce lundi matin. On entre, en tout cas, dans une période d’incertitude assez inédite. Et ce alors que la France accueille dans un mois et demi un événement planétaire, les Jeux olympiques.  

 

 

 

 

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici