AccueilActualités France«Leur but est de nous tuer, le nôtre est de survivre» :...

«Leur but est de nous tuer, le nôtre est de survivre» : à droite, la rupture de confiance avec le pouvoir macroniste est consommée

Le président LR, Éric Ciotti (à gauche) et le premier ministre, Gabriel Attal (à droite).
LUDOVIC MARIN / AFP

RÉCIT – Bien que maquillé d’accents droitiers et libéraux, le discours de politique générale de Gabriel Attal pousse Les Républicains à durcir leur opposition.

On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre. Si Emmanuel Macron et Gabriel Attal avaient un jour imaginé tisser la confiance au hasard d’un remaniement, c’est raté. Comme des animaux blessés, Les Républicains se méfient plus que jamais d’un pouvoir auquel ils ont trop de reproches à faire aujourd’hui pour envisager des conciliations d’avenir. Du texte immigration passé à la moulinette du Conseil constitutionnel, qu’ils gardent en travers de la gorge, au dernier débauchage de Rachida Dati vécu comme la trahison à la fois d’Attal, de Macron et de la maire du 7e arrondissement, les LR auront vécu un hiver pénible.

«Depuis Dati, c’est très tendu, on n’est plus dans le rationnel», souffle-t-on dans les couloirs du parti en se remémorant la stupeur du patron de la droite, Éric Ciotti, quelques jours après le départ de Dati. «Éric était en boucle : “Ils veulent notre mort, on est en train de se faire bouffer”», s’inquiétait-il. LR a eu mal. Si le parti veut tourner la page, ce n’est pas…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici