AccueilActualités FranceL’exécutif fustige l’«écologie punitive» et s’attire les critiques de la gauche

L’exécutif fustige l’«écologie punitive» et s’attire les critiques de la gauche

Emmanuel Macron.
Abdullah Firas/Abdullah Firas/ABACA

DÉCRYPTAGE – Pour répondre à la colère des agriculteurs, Emmanuel Macron assume de «mettre en pause» un certain nombre de normes environnementales, à commencer par un plan de réduction des pesticides.

«Écologie des solutions» contre «écologie punitive». Telle est la ligne
de conduite formulée par le gouvernement pour répondre à la colère des agriculteurs, qui s’exprime depuis deux semaines partout en France. Au-delà d’aides financières spécifiques, les «solutions» proposées par le premier ministre, Gabriel Attal, consistent pour l’essentiel à desserrer l’étau des normes environnementales. Il a décidé en particulier de «mettre en pause» le quatrième plan Écophyto, qui doit entériner l’objectif européen d’une baisse de 50 % de l’utilisation des pesticides d’ici à 2030 par rapport à la période 2015-2017 et accompagner la sortie du glyphosate.

Les annonces ont eu le mérite pour le gouvernement de convaincre les principaux syndicats agricoles, qui ont demandé la levée des blocages dans la foulée. Le mot d’ordre a été plutôt suivi. Dès jeudi soir, les principaux barrages autoroutiers avaient été levés. Le discours de Gabriel Attal a en revanche été perçu d’un très mauvais œil par les partis…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici