AccueilActualités France«On tourne en rond»: les collaborateurs ministériels entre attentisme, fatigue et exaspération

«On tourne en rond»: les collaborateurs ministériels entre attentisme, fatigue et exaspération

Gabriel Attal lors de son discours de politique générale, à l’Assemblée nationale, le 31 janvier.
MIGUEL MEDINA/AFP

DÉCRYPTAGE – Même si la plupart restent en contact avec leurs ex-collègues et se font fort de répondre à l’Élysée et à Matignon sur les dossiers dont ils avaient jusque-là la charge, tous scrutent la deuxième vague de nominations.

«Tout s’est arrêté du jour au lendemain.» La parole de ce conseiller ministériel témoigne du vide abyssal que ressentent bon nombre de ses collègues qui n’ont plus de travail depuis que leur ministre délégué ou secrétaire d’État n’a pas été reconduit dans la première mouture du gouvernement de Gabriel Attal. Depuis le 11 janvier, jour où le grand chambardement a été dévoilé, ces collaborateurs trépignent d’impatience et font les cent pas chez eux.

«À partir du moment où il n’y a plus de ministres délégués, il n’y a plus d’équipe, et donc plus de conseillers», confirme une collaboratrice, qui, pour l’anecdote, n’a pas vidé son bureau en partant. «C’est la méthode Coué», ironise-t-elle. La diagonale du vide. Même si la plupart restent en contact avec leurs ex-collègues et se font fort de répondre à l’Élysée et à Matignon sur les dossiers dont ils avaient jusque-là la charge (logement, industrie, transports…) et ont surtout rédigé des notes pour la préparation du discours de politique générale

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Vente Flash

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici