AccueilActualités FranceRemaniement: l’influence perdue des «grognards» de Macron

Remaniement: l’influence perdue des «grognards» de Macron

L’ancien président de l’Assemblée Richard Ferrand (à gauche), et le président du MoDem, François Bayrou, en 2022.
LUDOVIC MARIN/AFP

RÉCIT – Des fidèles comme Richard Ferrand ou François Bayrou espèrent un rééquilibrage.

Début janvier, juste après la nomination de Gabriel Attal à Matignon, un conseiller élyséen partisan de ce choix jubile. Cette fois, Emmanuel Macron n’a pas écouté ceux qui voulaient le dissuader de jouer cette carte. À commencer par François Bayrou, le patron du MoDem, et Richard Ferrand, l’ex-président de l’Assemblée nationale. «Le macronisme n’est pas une juxtaposition de féodalités», triomphe alors ce conseiller, en raillant l’échec de «la révolte des boomers». «Forcément, quand vous dites à une génération que ça s’achève pour elle, elle le vit mal. Mais la Ve République n’est pas l’Ehpad de la IVe

Alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à compléter le gouvernement avec une quinzaine de ministres délégués et de secrétaires d’État, a priori ce lundi ou mardi, ces propos donnent une idée de la violence des luttes d’influence autour du chef de l’État. La nomination d’Attal et de son équipe penchant à droite a déplu aux «grognards» du président, ces confidents à ses côtés depuis sa première…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici