AccueilMode de vie« Aeonium Zwartkop », succulente vêtue de noir

« Aeonium Zwartkop », succulente vêtue de noir

Il aime le vent, la lumière et le soleil et se contente du strict nécessaire. Aeonium Zwartkop, feuilles dures, épaisses, et physique d’ascète, a le teint buriné et une faculté peu commune chez les végétaux : « Dès qu’il commence à faire moins humide et moins froid, il bronze, beaucoup et vite », explique Hubert Debbasch, l’un des spécialistes mondiaux des succulentes. Pas un petit hâle doré abricoté. Ses feuilles d’un beau vert luisant prennent un teint d’un violet profond presque noir, avant même le début de l’été.

Le directeur de la Ferme botanique de Kerveat, dans le Finistère, assure que l’« on ne peut pas trouver plus noir ni plus foncé chez une plante ». Et c’est ce qui fait son succès. Sans compter qu’il porte beau tout en étant peu gourmand en frais de représentation. Aeonium Zwartkop se plaît sur les sols pauvres et peut dépasser les 2 mètres, « ce qui est très rare chez les succulentes », poursuit le collectionneur, la plupart d’entre elles culminant péniblement à 10 ou 20 centimètres.

Avec sa tige principale plus ou moins ramifiée, « le prototype des aéoniums colorés » peut prendre des allures de petit arbre. Certains y voient plutôt une grosse fleur noire, question d’échelle et de perspective. « L’ordonnancement des feuilles évoque une rose », rectifie Hubert Debbasch. Mais pas de celle dont on fait des bouquets ronds ou qui s’offre coupée et à l’unité. Le botaniste complète : cette pseudo-fleur n’est « pas constituée de pétales, mais d’une grappe de feuilles ». Et puis Aeonium Zwartkop préfère les sols rocailleux bien drainés aux vases de cristal.

Hampe pyramidale d’une centaine de fleurettes

Pour les amateurs de succulentes, c’est un incontournable des plates-bandes à fleurs blanches ou jaunes et des rassemblements de plantes en pots auxquels il apporte un élément graphique, sans rien éclipser pour peu qu’il soit placé tout derrière. Elle se détache alors comme une ombre chinoise. Parfois Aeonium Zwartkop se met à fleurir vraiment. Il fait alors jaillir une hampe pyramidale d’une centaine de fleurettes d’un jaune vif, irrésistible pour les pollinisateurs, mais fatale pour le bouquet de feuilles qui l’a fait naître. Il ne s’en remet jamais, sèche sur place, assuré que d’autres ont pris la relève.

Zone de prédilection Les sols pauvres, sans apport d’engrais qui rendent ses feuilles trop tendres.

Entretien La rentrer en prévision du gel, la toiletter en ôtant ­régulièrement ses feuilles extérieures séchées.

Floraison Plutôt le printemps et l’été, mais ce n’est pas son caractère le plus recherché.

Aime La vie au grand air, les fenêtres ouvertes.

N’aime pas La compétition et le confinement.

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici