AccueilCultureAlec Baldwin jugé pour le tir mortel sur le tournage du western...

Alec Baldwin jugé pour le tir mortel sur le tournage du western Rust

L’acteur de 66 ans comparaît à partir de mardi devant le tribunal de Santa Fe pour homicide involontaire. Il encourt jusqu’à 18 mois d’emprisonnement.

Sa défense a tout tenté pour ne pas le voir comparaître. En vain. Alec Baldwin sera jugé à partir de mardi pour homicide involontaire, après le tir mortel qui a coûté la vie à la directrice de la photographie de son western Rust. Le procès doit durer une dizaine de jours devant un tribunal de Santa Fe, au Nouveau-Mexique, dans le sud-ouest des États-Unis. L’acteur de 66 ans risque jusqu’à 18 mois d’emprisonnement.

En octobre 2021, Alec Baldwin avait pointé sur le plateau de tournage une arme censée ne contenir que des balles à blanc, mais dont un projectile bien réel avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza. Ce fait divers rare, survenu dans un ranch du Nouveau-Mexique, avait choqué Hollywood et provoqué des appels à interdire les armes à feu sur les plateaux.

L’armurière du film, Hannah Gutierrez-Reed, a déjà écopé de 18 mois de prison en avril pour son rôle dans cette affaire. Une condamnation dont elle a fait appel. C’est elle qui avait placé la balle dans la réplique du pistolet d’époque au centre de l’affaire. Le parquet a fustigé sa négligence extrême, qui a engendré des «défaillances de sécurité constantes» sur le plateau.

«Pression» sur l’équipe

Inexpérimentée, la jeune femme laissait les armes sans surveillance et ne vérifiait pas que les balles à blanc étaient réellement factices, au mépris des protocoles de l’industrie cinématographique. Mais l’accusation n’a jamais établi comment des munitions réelles -en principe interdites- ont atterri sur le plateau. L’enquête a en revanche accablé Alec Baldwin, accusé d’avoir eu un comportement erratique pendant le tournage.

«La pression de M. Baldwin à l’encontre de l’équipe sur le plateau de tournage a régulièrement compromis la sécurité», ont résumé les procureurs dans des documents judiciaires, en dénonçant un comédien qui «hurlait régulièrement» sur tout le monde et voulait finir le film plus vite. Il était également producteur de ce long-métrage au budget serré, mais le parquet le poursuit uniquement en tant qu’acteur dans cette affaire.

Alec Baldwin, à qui l’assistant-réalisateur avait tendu l’arme en lui assurant qu’elle était inoffensive, a toujours nié avoir appuyé sur la détente. Une version considérée comme «absurde à première vue» par le parquet, car une expertise du FBI a conclu que le pistolet n’avait pas pu faire feu sans une pression sur la détente. Le parquet estime que le comédien «a menti éhontément sur son comportement» en plateau, en changeant sa version pour éviter toute responsabilité.

Expertise contestée

La défense de l’acteur conteste l’expertise du FBI, car la police fédérale a endommagé certaines parties du pistolet en faisant des tests pour explorer la piste d’un tir intempestif. Ses avocats ont tenté de faire annuler le procès pour ce motif et ont invoqué plusieurs autres nullités. Mais la juge Mary Marlowe Sommer a rejeté fin juin toutes leurs requêtes.

La défense n’a pas démontré que le parquet aurait «agi avec mauvaise foi en détruisant certains composants internes de l’arme à feu», a estimé la magistrate, en ordonnant le maintien du procès.

Son issue sera scrutée de près par Hollywood, où le syndicat des acteurs craint que l’affaire ne crée un précédent historique. «Le travail d’un acteur n’est pas d’être un expert en armes ou en armes à feu, a fait valoir le SAG-AFTRA en janvier. Les armes à feu sont fournies pour être utilisées sur le plateau sous la direction de plusieurs professionnels experts directement responsables de l’utilisation sûre et précise de cette arme à feu.»

Depuis le drame, le tournage de Rust a été complété dans le Montana, mais le film n’est pas encore sorti sur les écrans. Le veuf de Halyna Hutchins, Matthew, a été promu producteur exécutif. Il a mis fin aux poursuites engagées au civil contre Alec Baldwin, au terme d’un accord dont le montant n’a pas été divulgué et a mis la mort de sa femme sur le compte d’un «terrible accident».

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici