AccueilSportsBasket : après la Turquie, les Bleus marchent sur l’Allemagne à Cologne...

Basket : après la Turquie, les Bleus marchent sur l’Allemagne à Cologne en match de préparation aux JO Paris 2024

L’équipe de France n’a fait qu’une bouchée de l’équipe allemande, championne du monde en titre, ce samedi à Cologne. Evan Fournier a été expulsé en première période.

Concentrée sur l’Euro de football, l’Allemagne est aussi une terre de basket. Sauf que Denis Schröder et ses petits camarades n’ont pas eu plus de réussite que l’équipe de Julian Nagelsmann, éliminée par l’Espagne (1-2 ap) vendredi, en quarts de finale. L’équipe de France de basket n’a fait qu’une bouchée des champions du monde ce samedi (66-90), devant les 18.000 spectateurs de la Lanxess Arena de Cologne. Deuxième succès en deux matches de préparation pour les Bleus, après la démonstration face à une faible Turquie (96-46), à Rouen, tandis qu’il s’agissait de la première sortie de l’été pour les Allemands. Les deux équipes se retrouveront dès lundi, à Montpellier, mais aussi et surtout le 2 août, au premier tour des Jeux olympiques (26 juillet-11 août), à Lille. Des affiches qui promettent, sachant que le ton est monté fort entre Evan Fournier et Schröder. On était à deux doigts d’en venir aux mains… C’est le Francilien qui a payé les pots cassés en étant expulsé à deux minutes avant la mi-temps. Dommage, il était bien…

Meilleur marqueur tricolore Victor Wembanyama, à créditer de 25 unités ce samedi. Denis Schröder s’est quant à lui fendu de 23 points pour une Allemagne privée des frères Wagner et de Daniel Theis pour cette rencontre. Côté français, Nadir Hifi et Jaylen Hoard avaient été laissés de côté. Leur présence dans la liste finale de 12 pour les JO devient très hypothétique. Rappelons que Vincent Collet doit faire sa liste d’ici à lundi. Killian Hayes et Ousmane Dieng ont été les deux premiers éléments coupés par le staff, avant même la Turquie, et Vincent Poirier a été contraint de déclarer forfait. Nicolas Batum n’a pas rejoué après avoir pris un doigt dans l’œil à Cologne.

Une Allemagne en détente

Avec des Allemands diminués à l’intérieur et qui ne défendaient pas le plomb, sans oublier leur maladresse à trois points (0/12 pour commencer), Wembanyama et les Bleus creusaient rapidement un écart conséquent (11-23 fin 1er QT). Point noir ? La troisième faute de Gobert dans le deuxième quart. Frustré. Pas autant que Fournier, qui avait bien besoin de se montrer après une prestation discrète face à la Turquie. Raté, avec une disqualifiante suite à son altercation avec Schröder. «On a droit à une opposition différente du dernier match, les champions du monde, mais pour le moment, on fait du bon travail, constatait Lessort à la pause, sur la chaîne L’Équipe. En défense, on veut les limiter. On peut faire encore mieux mais c’est bien jusqu’ici. Evan ? Je n’ai pas à commenter l’arbitrage. Il fait une faute, Schröder a commencé l’altercation physique. Les arbitres en ont décidé autrement…». Au score, +20 à l’avantage de la France (28-48 MT), en maîtrise. On espérait quand même une autre opposition de l’Allemagne. Notamment à l’intérieur mais pas que.

À noter que Collet avait aligné le même cinq pour débuter la rencontre. C’est Lessort qui démarrait la seconde période en lieu et place de Gobert. Coulibaly, lui, était toujours là. Et il se montrait. Schröder continuait de faire marcher la respiration artificielle, mais c’était juste trop facile pour les Tricolores et «Wemby». Balade. Petit temps faible pour la France en fin de troisième quart, moins de fluidité et d’adresse. Pas de quoi relancer le suspense, avec des Allemands qui continuaient à piocher de loin : 45-68 avec 10 minutes à jouer. Collet ne goûtait pas plus le début de quatrième quart que la fin du troisième et il prenait vite un temps mort. Fini la récréation ?

Wembanyama fait le show

L’Allemagne continuait tout de même de retrouver des couleurs, notamment dans l’expression offensive, et repassait brièvement sous les 20 points d’écart, mais Wembanyama s’improvisait meneur et faisait tomber les trois points, deux de suite en tête de raquette (voir ci-dessus). Que faire face à ça ? Rien, à part s’incliner, apprécier et admirer. Symbole de ces Bleus moins concentrés, Yabusele qui ne voyait pas Da Silva, ce dernier lui chipant la balle dans les mains pour filer au dunk. Encore ces rebonds défensifs qui faisaient défaut. Toujours est-il que l’écart était toujours aussi large. Collet avait tout le loisir d’ouvrir son banc et de tester certains joueurs, certains attelages. Mention très bien à Coulibaly, des deux côtés du terrain. Pas de timidité cette fois pour le joueur des Wizards. Pas davantage de la part de Lessort, qui claquait un énorme dunk dans la dernière minute, en guise de point finale de cette démonstration (66-90 score final). Rendez-vous lundi à Montpellier.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici