AccueilÉconomieBoeing échappe à un procès au pénal dans l'affaire des crashs de...

Boeing échappe à un procès au pénal dans l’affaire des crashs de 737 Max

Le géant américain a accepté de plaider coupable et de payer une amende pour éviter une condamnation, qui lui aurait fermé l’accès aux contrats du Pentagone et de la Nasa.

Nécessité fait loi. L’État américain n’a pas voulu signer l’arrêt de mort de Boeing. Les activités du géant américain dans l’aéronautique, la défense et le spatial sont trop stratégiques et souveraines pour que Washington lâche le constructeur, mis en cause dans les deux crashs meurtriers de 737 Max en octobre 2018 et mars 2019. Boeing échappe en effet à un procès au pénal à l’issue incertaine, qui aurait pu lui fermer l’accès aux contrats publics du Pentagone et de la Nasa. Cela, après avoir conclu, « un accord de principe sur les termes d’une résolution avec le DoJ (le ministère de la Justice, NDLR) », a annoncé, ce lundi, le constructeur américain.

Ce dernier plaide coupable dans le cadre d’une accusation pénale en cours (déposée en 2021 devant un tribunal du Texas, NDLR) pour « complot en vue de tromper l’Agence américaine de la sécurité aérienne (FAA) dans la certification du 737 Max ». Tout a été fait pour éviter le pire à cette icône, aujourd’hui déchue de l’Amérique, le…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici