AccueilMode de vieCinq lieux de culte modernes à (re)découvrir

Cinq lieux de culte modernes à (re)découvrir

LA LISTE DE LA MATINALE

On construit toujours des lieux de culte où, comme au temps des cathédrales médiévales, l’ambition architecturale se mêle à l’expression religieuse. Il était une foi…

L’église Notre-Dame du Travail, à Paris

La nef de métal de l’église Notre-Dame du Travail, à Paris 14ᵉ.

La façade en pierre de style roman de l’église Notre-Dame du Travail, située dans le 14e arrondissement de Paris, derrière Montparnasse, et classée monument historique depuis 2016, est assez banale. Son intérieur, pensé pour accueillir dans un cadre qui leur soit familier les ouvriers qui s’installaient en masse à Paris au tournant du XXe siècle, en fait toutefois une des églises modernes les plus étonnantes de la capitale.

L’abbé Roger Soulange-Bodin (1861-1925) et l’architecte Jules-Godefroy Astruc (1862-1955) ont, en effet, conçu en 1899 un lieu évoquant l’usine, où métal (dix ans auparavant, Eiffel construisait une étrange tour) et bois se mêlent dans une ossature industrielle, surmontée d’une charpente en poutrelles apparentes.

Beaucoup d’éléments proviennent de la démolition, la même année, des abattoirs de Grenelle, dans le 15e arrondissement. Des tableaux de style Art nouveau célèbrent, dans des chapelles latérales, les métiers ouvriers. L’église abrite aussi une des cloches dites « de Sébastopol », rapportées en 1856 par le général de Mac-Mahon de la guerre de Crimée – les quatre autres ayant été offertes à Notre-Dame de Paris.

59, rue Vercingétorix, à Paris 14e. Ouverture du lundi au samedi, de 8 heures à 19 h 45 ; le dimanche, de 8 h 45 à 19 h 45. Visites guidées tous les premiers dimanches du mois, à 14 h 30 (gratuit). Notredamedutravail.net

La mosquée Annour, à Montpellier

L’intérieur de la mosquée Annour, à Montpellier. L’intérieur de la mosquée Annour, à Montpellier.

Elle a choisi de justifier son nom. Au bout de sept années de travaux, la très lumineuse mosquée Annour, « mosquée de la lumière » (nour, en arabe), a ouvert au public en février 2023 dans le quartier Gambetta-Chaptal, après démolition du bâtiment précédent, sombre et dégradé, datant de 1987. Conçue par l’architecte montpelliérain José Hamerman, elle affiche surtout une magnifique façade en métal, percée d’étoiles, de croissants de lune et de soleil, motifs répétés de nombreuses fois.

Elle peut désormais accueillir 600 fidèles, sur quatre étages et 420 mètres carrés, dans de vastes salles de prière. Un étage entier est réservé aux femmes. Le projet a été mené à bien en partie grâce aux dons des fidèles (1,8 million d’euros sur les 3 millions du projet final), sans apport étranger, comme le répètent ses initiateurs, désireux d’éviter les polémiques qui entachent d’autres bâtiments (le Centre Annour de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, par exemple), montrés du doigt pour avoir accepté les deniers qataris.

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici