AccueilMode de vieCinq lieux gourmands pour un rendez-vous galant à Paris et en Ile-de-France

Cinq lieux gourmands pour un rendez-vous galant à Paris et en Ile-de-France

Tâche ardue que de recommander des restaurants pour un premier rendez-vous galant. D’abord parce que chaque gourmet – et chaque amoureux – a forcément son propre avis sur la question. Ensuite parce que même les meilleurs établissements offrent un nombre de chausse-trapes effrayant. Si les burgers et kebabs ne sont pas assez guindés pour avoir le sentiment de « marquer le coup », les étoilés peuvent l’être un peu trop et refroidir l’atmosphère.

Il y a ensuite les plats qui invitent à la bourde. Les ramens, par exemple, ces nouilles proposées dans un bouillon, se prêtent facilement aux éclaboussures et à de grands « slurp ! » pas toujours avenants. Les spécialités très pimentées risquent d’ébranler l’estomac de votre invité plutôt que son cœur. L’autrice spécialisée Victoire Loup, qui a signé Chaud. 60 recettes pour séduire aux fourneaux (Human Humans et Hachette Cuisine, 2021), conseille en outre d’éviter l’ail, l’encre de seiche ou tout autre plat qui peut compromettre dangereusement votre palais.

La marge de manœuvre est étroite. « Le restaurant idéal d’un premier rendez-vous ne doit pas être clivant, précise Victoire Loup. Difficile d’inviter quelqu’un dans un restaurant spécialisé dans les abats, à moins que cela ne soit un filtre pour trier les prétendants sur le volet. A l’inverse, évitez les adresses trop neutres, déjà vues partout : le choix du restaurant est l’occasion de raconter à l’autre ce qui vous plaît, ce que vous avez dans les tripes. »

Voici quelques propositions d’établissements pour allumer ou rallumer la flamme. Des lieux coup de cœur qui ont du charme, des alcôves vous dérobant aux regards des curieux, des assiettes évidemment irréprochables par des chefs passionnés et des tarifs dignes de moments exceptionnels sans être extravagants (de 25 à 75 euros).

Biwan : cuisine « kaiseki » et lumières tamisées

Créé près de la Bourse de commerce, au cœur de la capitale, le concept store Irasshai permet de faire ses courses presque comme au Japon, dans une épicerie débordant de raretés (plus de mille produits). Depuis avril, l’établissement dispose d’une table semi-gastronomique en sous-sol. Derrière une salle aux lumières tamisées et au décor brut de décoffrage (murs nus, tables en bois) se dissimulent de petits compartiments parfaits pour des tourtereaux affamés.

Aux commandes, le chef Mitsunori Kozen, un vétéran (trente-cinq ans en cuisine, entre l’archipel nippon et l’Europe), signe une carte très inspirée de la cuisine kaiseki (saveurs subtiles à base de bouillons, d’algues), aux tarifs plutôt maîtrisés compte tenu du raffinement de l’établissement : 55 euros pour un menu en cinq temps au dîner, une trentaine d’euros pour le menu déjeuner.

Il vous reste 70.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici