AccueilCultureCentre Pompidou: «écœurés», des salariés entendent poursuivre la grève

Centre Pompidou: «écœurés», des salariés entendent poursuivre la grève

Les représentants CGT, Unsa et SUD expliquent qu’ils n’ont pas été conviés à signer l’accord, à la différence de la CFDT et de FO.
Francois Bouchon / Le Figaro

Trois syndicats minoritaires, qui rejettent le protocole d’accord avec la direction, réfléchissent à la poursuite de leur action.

Des salariés du Centre Pompidou réunis jeudi en assemblée générale, «écœurés» par la signature d’un protocole d’accord par deux de leurs syndicats, ont voté symboliquement la poursuite de leur grève, a constaté une journaliste de l’AFP. «La signature du protocole d’accord par deux organisations syndicales [CFDT et FO, ndlr] ne signifie pas la levée du préavis de grève qui court jusqu’au 15 février», a martelé Nathalie Ramos de la CGT. «Si des avancées ont été obtenues, c’est bien grâce à la mobilisation des personnels qui n’ont même pas été consultés, ni informés, avant la signature», a-t-elle déploré.

Une quarantaine de salariés se sont réunis dans une salle de cinéma du grand musée d’art moderne autour des trois syndicats non-signataires, CGT, SUD et Unsa. Disant avoir été «trahis», «bafoués», «humiliés», ils ont voté la tenue d’une nouvelle assemblée générale lundi «pour décider d’une nouvelle stratégie» pour leur mouvement, auquel la ministre de la Culture, Rachida Dati, a assuré lundi avoir mis «fin». Ils appellent aussi à rejoindre un rassemblement de protestation le même jour à 12h sur le grand parvis devant le musée, organisé par leurs collègues de la grande bibliothèque que le centre abrite et qui ont annoncé déposer de leur côté un «nouveau préavis de grève».

Des garanties plus contraignantes

Après trois mois de mobilisation par crainte pour leurs emplois et missions, en prévision de la fermeture du grand musée d’art moderne pour cinq ans à partir de 2025 en raison de travaux, seules la CFDT et FO, majoritaires, ont été invités par le ministère et la direction à signer ce protocole d’accord lundi. CGT, Unsa et SUD, qui avaient porté la mobilisation au sein d’une intersyndicale unie depuis octobre, en ont été écartés, ont-ils expliqué jeudi devant les quelques salariés réunis, «en dépit de messages de la direction annonçant la levée de la grève», selon ces syndicats.

Le protocole d’accord, consulté par l’AFP, prévoit notamment que la direction et le ministère sollicitent chaque année le maintien du plafond d’emploi à l’occasion des conférences budgétaires préalables à l’élaboration du projet de loi de finances. Il est actuellement d’environ un millier d’agents. Il prévoit aussi que la fermeture du bâtiment principal n’occasionne «aucun départ contraint» et que «le périmètre des activités actuellement externalisées par service ne sera pas modifié, sauf de façon marginale après avis du conseil social d’administration», un point «risqué» car «flou» pour la CGT, SUD et l’Unsa qui réclamaient des garanties plus contraignantes sur ce point ainsi que concernant les emplois en CDD. Inauguré il y a près d’un demi-siècle, le Centre Pompidou, aussi appelé Beaubourg, doit rester fermé jusqu’en 2030 pour d’importants travaux de désamiantage et de restauration.

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici