AccueilCultureJosé Manuel Gonçalvès, le patron du Centquatre-Paris, suspendu le temps d’une enquête...

José Manuel Gonçalvès, le patron du Centquatre-Paris, suspendu le temps d’une enquête administrative

Le directeur du Centquatre-Paris, José Manuel Gonçalvès, est suspendu de ses fonctions le temps d’une enquête administrative au sein de l’établissement culturel, à la suite d’un signalement et dans le cadre d’une « procédure relative aux violences sexuelles et sexistes », a fait savoir le Centquatre samedi 3 février.

Cet établissement artistique de la Ville de Paris a été informé par sa présidente, Carine Rolland, adjointe à la culture, « que la Ville de Paris avait été saisie d’un signalement visant José Manuel Gonçalvès, directeur […], dans le cadre de faits susceptibles de revêtir une qualification pénale d’atteinte à la personne », affirme-t-il, dans un communiqué publié « en accord avec la Ville de Paris » et transmis à l’Agence France-Presse.

« Les faits évoqués auraient été commis dans le cadre des fonctions du directeur lors d’un déplacement professionnel », ajoute l’établissement, qui s’exprime à la suite d’informations parues sur le site du magazine Télérama. « Par conséquent, une enquête administrative a été diligentée au sein de l’établissement. Elle a été confiée à l’Inspection générale de la Ville de Paris, et concerne les procédures relatives aux violences à caractère sexuel et sexiste ».

Pas de détails précis sur les faits ayant motivé l’enquête

L’établissement précise que le directeur « fait l’objet d’une mesure de suspension administrative, à titre conservatoire, d’une durée maximale de 4 mois ». Il n’évoque toutefois pas de dépôt de plainte, ni ne donne davantage de détails précis sur les faits ayant motivé l’enquête.

Selon le Centquatre, un « conseil d’administration extraordinaire a été réuni par la présidente afin d’informer les administrateurs et administratrices de la situation ». Les équipes ont également été informées. Clémentine Aubry, secrétaire générale, adjointe au directeur, assure l’intérim le temps de l’enquête.

« La Ville de Paris rappelle son attachement à la présomption d’innocence et qu’elle combattra toujours les violences sexuelles et sexistes avec la plus grande fermeté et sera toujours aux côtés des victimes », ajoute encore le texte.

Situé dans le XIXe arrondissement de Paris, le Centquatre abrite des salles de spectacles, mais aussi des espaces libres pour les pratiques artistiques, et se définit comme lieu « de résidences artistiques, de production et de diffusion d’arts pour les publics et les artistes du monde entier ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Au Centquatre, le personnel fait grève contre le surrégime

Le Monde avec AFP

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici