AccueilCultureL’art protéiforme de Gerhard Richter essaime en Suisse

L’art protéiforme de Gerhard Richter essaime en Suisse

Il est parfois bien distrayant de contempler la concurrence farouche à laquelle se livrent les très grands marchands d’art internationaux. C’est encore plus réjouissant lorsque cela concerne l’artiste Gerhard Richter, célébrissime et d’autant plus hors de prix qu’à 91 ans il ne peint plus guère. Deux poids lourds de la profession, anticipant une rétrospective annoncée à la Fondation Louis Vuitton en 2025, lui offrent leurs murs : David Zwirner, qui l’a chipé en 2022 à Marian Goodman, laquelle le représentait depuis trente-sept ans, le montre dans sa galerie londonienne, et Hauser & Wirth dans ses locaux de Saint-Moritz (Suisse) pour une exposition où rien n’est officiellement à vendre.

Lire le récit : Article réservé à nos abonnés Avec l’arrivée de Hauser & Wirth, Paris fait le plein d’art

Elle essaime au Musée Segantini, également installé dans la très huppée station de sports d’hiver du canton des Grisons, mais aussi au village proche de Sils-Maria, dans la maison où Nietzsche passa quelques-uns de ses étés. Une sculpture, une boule d’acier inoxydable tirée à trois exemplaires, chacun gravé du nom d’un pic proche, sert de fil rouge entre chaque lieu.

L’art de Gerhard Richter est protéiforme, tour à tour abstrait (indifféremment géométrique ou lyrique) et figuratif (il peut toutefois commencer une toile dans la seconde manière pour, ensuite, la tirer vers la première), portraitiste ou paysagiste (là aussi sans exclusive, des marines aux montagnes), artiste engagé (on pense à sa série sur la mort des terroristes du groupe Baader-Meinhof ou à celle consacrée au camp d’Auschwitz-Birkenau) ou pas, photographe mais aussi auteur d’un vitrail pour la cathédrale de Cologne. Il y a toutefois dans son œuvre quelques constantes, et la vallée de l’Engadine, où est situé Saint-Moritz, en fait partie.

Il s’y est rendu régulièrement à partir de 1989. Il l’a photographiée, souvent mais pas toujours enneigée, sous tous les angles, avec une prédilection pour ses maisons cossues, mais discrètes, ses arbres aux branches chargées et ses chemins creux. Il faut dire que le site, une des vallées habitées les plus hautes d’Europe, a quelque chose de magique, de beau et de paisible à la fois, avec une lumière incroyable éclairant une enfilade de lacs, gelés en cette saison, où patinent les vacanciers, mais sur la glace desquels il arrive aussi qu’on organise des matchs de polo avant de se retirer dans un de ses hôtels au luxe d’un autre temps. Un monde à part…

Manière réaliste et floue

C’est là que Dieter Schwarz, ancien directeur du Musée de Winterthur (Suisse) et l’un des meilleurs spécialistes de Richter – il sera cocommissaire de la future exposition à la Fondation Louis Vuitton – a réuni pour Hauser & Wirth soixante-dix œuvres, dessins, photographies – la plupart retouchées à la peinture – et tableaux de l’artiste réalisés durant ses nombreux séjours dans l’Engadine. Ce n’est pas précisément une première : en 1992, le critique et commissaire d’exposition suisse Hans Ulrich Obrist avait déjà montré une sélection de ses photos alpestres – qui a donné lieu à un livre (Sils, 1992) dont la maquette est présentée chez Hauser & Wirth – dans la maison de Sils-Maria, qui accueillit Nietzsche. Elle est aujourd’hui devenue un petit musée où Richter récidive avec un beau vitrail géométrique et trente-neuf photos, toutes tirées du livre Dezember (Editions Suhrkamp, 2010) conçu avec l’écrivain Alexander Kluge.

Il vous reste 35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici