AccueilCultureLe festival Art Explora dévoile sa formule complète à Marseille

Le festival Art Explora dévoile sa formule complète à Marseille

Les deux grandes voiles de la plasticienne Laure Prouvost, vingt-cinq mètres de haut chacune, dominent le Vieux-Port. Elles signalent aux Marseillais et aux touristes la présence, jusqu’au mardi 18 juin, d’Art Explora.

Après avoir rodé ses propositions à Malte, en mars, et lors de la biennale de Venise, en avril, ce festival pluridisciplinaire, imaginé et porté par la fondation du milliardaire français Frédéric Jousset, déploie pour la première fois son dispositif complet et ses bonnes intentions à Marseille.

Sur l’eau, amarré dans l’axe de la Canebière, le voilier Art Explorer, formidable aimant à visiteurs avec ses 46,5 mètres de long et son design époustouflant. Sur le quai, un espace baptisé « agora » de 3 000 mètres carrés, avec deux pavillons d’expositions signés par l’agence de l’architecte Jean-Michel Wilmotte, à base de containers maritimes et de toits blancs arrimés comme des voiles. Et une scène devant laquelle peuvent se masser près de 2 000 personnes.

Inauguré, jeudi 6 juin, avec un concert de Zaho de Sagazan et une prestation du ballet Preljocaj, Art Explora va confronter pendant douze jours les « intuitions » de son créateur aux réalités d’une ville ultra-populaire. Sur un site qui, un mois plus tôt, accueillait près de 200 000 spectateurs pour les concerts gratuits des rappeurs Alonzo et Soprano.

« C’est un test »

« L’ADN de la fondation, c’est de promouvoir la culture en milieu ouvert, être la première marche de l’escalier pour faire découvrir l’art à des gens qui trouvent que c’est loin, cher ou abscons, définit Frédéric Jousset, assis dans un transat sur l’Agora. Ici, c’est un test, mais je suis confiant. C’est gratuit, il y a des têtes d’affiche, le bateau est magnifique et nous avons déjà 20 000 réservations pour les douze jours. »

Séduite par la proposition, la municipalité marseillaise a ouvert son espace public et soutient financièrement Art Explora à hauteur de 60 000 euros, dont 20 000 pris sur les financements du label Olympiade culturelle. Un apport mesuré, dans un budget que Frédéric Jousset estime à un million d’euros pour l’événement. « La fracture culturelle est un mal auquel nous devons répondre avec ambition », a souligné le maire divers gauche Benoît Payan lors de l’inauguration du festival.

Art Explora contribuera-t-il à réduire cette fracture ? Sur le Vieux-Port, les visiteurs sont invités à découvrir deux expositions. Sous l’Azur, qui, dans le Pavillon central, réunit une vingtaine d’œuvres d’artistes fascinés par la Méditerranée. Aux côtés de la série Gens de la mer, de Joan Miro, ou du ballet de créatures sous-marines Acéra, filmé par Jean Painlevé, des dessins bruts de jeunes migrants font claquer une autre réalité : celles de survivants de la traversée qui, à moins de 20 ans, restent traumatisés par leur expérience.

Il vous reste 27.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici