AccueilCultureLes exemples à suivre pour favoriser la culture en milieu rural

Les exemples à suivre pour favoriser la culture en milieu rural

Si un rapport commandé par Rima Abdul Malak pointe la maigreur des offres culturelles à la campagne, il recense les bonnes pratiques et idées à suivre.

Itinérance de spectacles et résidences artistiques font partie des bonnes pratiques à développer et pérenniser pour favoriser la culture en milieu rural, selon un rapport du ministère de la Culture, alors que sa nouvelle figure, Rachida Dati, a fait de ce chantier une priorité. La nouvelle ministre a expliqué lundi lors de ses vœux vouloir faire de la ruralité «la priorité du début de sa mission». Elle a cité mercredi ce rapport commandé par sa prédécesseure, Rima Abdul Malak, et publié la semaine dernière.

Ce document de l’Inspection générale des affaires culturelles (Igac) étudie l’action des 367 structures du spectacle vivant et des arts visuels dites «labellisées», c’est-à-dire bénéficiant d’un soutien à la création d’œuvres par l’État, en collaboration avec les collectivités territoriales. L’Igac y relève que ces structures sont faiblement implantées en milieu rural mais que des dispositifs ont été mis en œuvre ces dernières années pour accueillir des populations «éloignées» ou pour «se projeter hors les murs».

Parmi ces «bonnes pratiques»: l’«itinérance de spectacles et d’expositions», la «conception de dispositifs mobiles», des «résidences artistiques», des «projets d’éducation artistique et culturelle» ou encore des «coopérations avec des lieux relais situés à proximité des territoires ruraux». Le rapport cite l’exemple du Centre dramatique national (CDN) de Valence (Drôme), qui «a conçu un dispositif ambulant» pouvant accueillir de 40 à 75 spectateurs sur des gradins mobiles. Ou du CDN de Saint-Étienne (Loire) , qui déploie, «des formes très légères techniquement», afin de toucher plus facilement les établissements scolaires. Le Fonds régional d’art contemporain de la Réunion pour sa part possède un «conteneur d’exposition», permettant des démarches nomades.

Globalement, les bourgs ruraux, le rural à habitat dispersé et le rural à habitat très dispersé, selon les définitions de l’Insee – soit près de 22 millions d’habitants -, «ne rassemblent que 5% des structures labellisées», pointe du doigt le rapport. L’Igac fait également des transports une «question centrale» et préconise notamment l’achat de navettes ou des tarifs préférentiels pour les collectivités territoriales qui organisent des transports collectifs jusqu’aux lieux labellisés.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici