AccueilCultureNotre critique de La Ferme des Bertrand: le labeur est dans le...

Notre critique de La Ferme des Bertrand: le labeur est dans le pré

Le documentaire de Gilles Perret éclaire de façon bouleversante cinquante ans d’histoire paysanne.
Laurent Cousin

CRITIQUE – À travers une transmission familiale qui s’étale sur trois générations, Gilles Perret éclaire cinquante ans d’histoire paysanne. Et sa pénibilité.

Tout film sort dans un contexte particulier. Quand il s’agit d’Astérix ou des Trois Mousquetaires , cela ne fait pas une grande différence. Mais dans le cas du Dernier des juifs, l’excellente comédie de Noé Debré (lire notre édition du 24 janvier), cela change le regard du spectateur et celui du cinéaste, dont l’acuité est jaugée à l’aune de l’actualité. C’est aussi le cas de La Ferme des Bertrand, dont la sortie en salle est datée depuis longtemps, bien avant la crise agricole et la colère des paysans qui secouent la France. À rebours des raccourcis et des reportages sensationnalistes, des péroraisons et récupérations politiques, le documentaire de Gilles Perret éclaire de façon bouleversante cinquante ans d’histoire paysanne.

Perret avait déjà filmé les Bertrand dans Trois Frères pour une vie. En voisin. Leur maison est à moins de 100 mètres de chez lui. Dans la vallée du Giffre, entre Genève et Chamonix. Le nord de la Haute-Savoie, dans la zone Reblochon. C’était en 1997 et le film est…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici