AccueilCulture« The Acolyte », sur Disney+ : la guerre des étoiles vue à travers des...

« The Acolyte », sur Disney+ : la guerre des étoiles vue à travers des jumelles

DISNEY+ – À LA DEMANDE – SÉRIE

Les quatre premiers épisodes (sur huit) de The Acolyte ne donnent qu’une indication sur les raisons d’être de cette sixième série (depuis 2019) inscrite dans l’univers de Star Wars : il fallait de toute évidence rallier les adolescentes à la cause galactique. La jeune actrice investie de cette mission, Amandla Stenberg (The Hate U Give. La Haine qu’on donne, Cher Evan Hansen), a été doublement mise à contribution puisqu’elle incarne des sœurs jumelles séparées dans leur enfance par un destin cruel − de Luke Skywalker à Kylo Ren, on aura remarqué que les citoyens de la République comme les sujets de l’Empire ne peuvent pas compter sur les services de protection de l’enfance.

Ce qu’il arrivera à Mae et à Osha, attirées chacune par un côté différent de la Force, n’étonnera pas grand monde. La première s’affaire à exterminer des chevaliers Jedi. C’est à cet ordre que la seconde se destinait avant d’abandonner ses études pour devenir mécanicienne. Sol, interprété par l’acteur sud-coréen Lee Jung-jae − il survécut naguère à Squid Game −, le Jedi mentor d’Osha, tente de déchiffrer les motifs qui conduisent la jumelle maléfique à trucider ses collègues.

Au gré des pérégrinations interstellaires des enquêteurs et de leur suspecte, on reconnaîtra, comme sur un circuit touristique bien dessiné, les sites, monuments et traditions que l’on attend d’une excursion dans l’univers imaginé par George Lucas, du croiseur galactique au temple abandonné, du droïde couinant au combat au sabre laser.

Distribution dynamique

The Acolyte se distingue des précédentes séries Star Wars par son désir de porter un regard féministe sur ces mondes et ces personnages. Les jumelles sont orphelines d’un couple de sorcières exilées sur une planète excentrée. La haute hiérarchie de l’ordre Jedi est féminine.

C’est assez pour piquer l’attention, mais pas tout à fait suffisant pour la maintenir. Outre la sensation de déjà-vu que suscitent les séquences rituelles (duels, conciliabules sentencieux), The Acolyte souffre de sa situation dans la chronologie de la saga. On est un siècle environ avant les événements relatés dans La Menace fantôme (1999). L’ordre Jedi maintient l’ordre de la République, et l’Empire n’est qu’un vague concept dans l’esprit de séditieux dont, arrivé au quatrième épisode, on ignore encore les motivations et les revendications.

Lire le test des Décodeurs sur « Stars Wars » : Savez-vous classer les films de la saga dans le bon ordre ?

Cette invitation à se ranger derrière l’ordre établi est en contradiction avec l’esprit rebelle qui présida jadis à la création, en 1977, de La Guerre des étoiles − avatar, on ne se lasse pas de le rappeler, d’un projet de film à grand spectacle louant les mouvements de libération anti-impérialistes que caressaient George Lucas et Francis Ford Coppola −, elle est surtout fatale à l’intensité dramatique du récit.

Il vous reste 21.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici