AccueilCulture« They Shot the Piano Player » : enquête dans le tourbillon de la bossa-nova

« They Shot the Piano Player » : enquête dans le tourbillon de la bossa-nova

L’AVIS DU « MONDE » – À VOIR

Le mystère a longtemps plané sur la disparition de Francisco Tenorio Jr, pianiste brésilien virtuose, né en 1941, qui s’est évaporé une nuit, en mars 1976, à Buenos Aires, à la veille du coup d’Etat en Argentine. Il était alors en tournée avec le guitariste Toquinho et le poète Vinicius de Moraes (auteur des paroles de The Girl from Ipanema). Il est sorti de sa chambre d’hôtel, visiblement pour acheter des cigarettes, et il n’est pas revenu. Au petit matin, ses amis affolés ont fait le tour des morgues, des hôpitaux, etc. Sans succès. Son corps n’a jamais été retrouvé.

They Shot the Piano Player, film d’animation de Fernando Trueba et Javier Mariscal, propose une enquête virevoltante, alors que la scène bossa-nova prend son essor au début des années 1960, et que plane déjà l’ombre des dictatures dans plusieurs pays d’Amérique latine.

Peu connu du grand public, Francisco Tenorio Jr était très apprécié des musiciens sud-américains, il accompagnait de grands noms de la bossa-nova (Joao Gilberto, Antonio Carlos Jobim…). Il a enregistré un seul disque sous son nom, Embalo, en 1964, à l’âge de 24 ans.

Une multitude d’entretiens

Figure du cinéma espagnol, et père de Jonas Trueba, le réalisateur d’Eva en août (2019), Fernando Trueba, a découvert l’existence du pianiste en écoutant un disque de jazz, en 2005. Intrigué par cette tragédie, il a réalisé une multitude d’entretiens, avec des musiciens, des proches du pianiste, afin de reconstituer le fil des événements – un militaire argentin, présent lors de son arrestation, a raconté comment le compositeur avait été torturé et assassiné. Bref, Trueba a amassé une somme colossale d’informations, lesquelles auraient pu finir dans un documentaire roboratif enchaînant les prises de paroles, comme on en voit tant aujourd’hui.

Lire aussi la critique : Article réservé à nos abonnés « Eva en août » : un rayon rohmérien dans le cinéma espagnol

Fernando Trueba et Javier Mariscal, qui avaient déjà réalisé ensemble Chico et Rita (2011), ont préféré renouer avec le film d’animation. Ils mettent en scène un personnage fictif, journaliste au New Yorker, sorte d’alter ego de Fernando Trueba, menant l’enquête tambour battant. Les couleurs sont chaudes, les musiques merveilleuses, l’animation redonne vie aux bars de Rio de Janeiro des années 1960, ainsi qu’aux heures noires de la dictature.

Le film établit le lien entre la naissance de la bossa-nova et celle de la Nouvelle Vague au cinéma, en France. L’ensemble est très vivant, surtout la première partie – on apprend beaucoup, et peut-être un peu trop. Les auteurs ne réussissent pas à rendre réellement lisible cette histoire. They Shot the Piano Player reste trop touffu, perd un peu le spectateur, mais il ravira les inconditionnels de cette effervescence artistique.

Il vous reste 5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici