AccueilÉconomieA Clermont-Ferrand, des rendements immobiliers encore élevés

A Clermont-Ferrand, des rendements immobiliers encore élevés

A Clermont-Ferrand, les grues jaunes disputent désormais à la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption le regard des badauds. Car, malgré la crise de la construction immobilière, on construit encore dans la préfecture du Puy-de-Dôme. « Les travaux d’aujourd’hui correspondent aux projets validés en 2022 ; à cette période, 70 % des réservations étaient réalisées dans le cadre du dispositif Pinel [incitation fiscale à l’investissement locatif], et nous construisions mille nouveaux logements par an », explique Richard Bazelle, directeur régional Auvergne de l’agence de Clermont-Ferrand pour Bouygues Immobilier.

« Mais, avec la dégradation des taux de défiscalisation du Pinel et la crise qui frappe le secteur depuis dix-huit mois, la part des investisseurs est passée à 56 %, et les réalisations à un peu plus de trois cents », poursuit-il.

Parmi les multiples chantiers dans la ville, le vaste réaménagement urbain de la ZAC Saint-Jean est l’un des projets les plus ambitieux. D’ici à 2025, près de 1 500 logements seront livrés sur ce territoire de 14 hectares, ainsi que 17 500 mètres carrés de bureaux, 10 000 mètres carrés de commerces et services et un parc de 2,4 hectares.

En graphiques | Article réservé à nos abonnés Crédits immobiliers : 2023, la douche froide

C’est que la métropole des Arvernes attire. Depuis la fin des années 1990, Clermont-Ferrand a renoué avec la croissance démographique. De 2014 à 2020, la population a progressé de 0,7 % par an en moyenne dans la commune, selon l’Insee.

« La ville a su recréer de l’emploi depuis 2009. Elle est très bien positionnée pour son potentiel d’innovation, grâce à la présence historique du groupe Michelin, mais aussi de Limagrain (…) et dans une moindre mesure d’Aubert & Duval [métallurgie] », constatent les géographes Hélène Mainet et Milhan Chaze, ainsi que le professeur d’aménagement de l’espace urbain Jean-Charles Edouard dans l’ouvrage Attractivité d’une métropole intermédiaire. Enjeux clermontois (Autrement, 2023).

D’ailleurs, les prix de l’immobilier ont fortement augmenté durant cette période. Selon MeilleursAgents, la progression enregistrée est de 15,6 % sur cinq ans (19,6 % sur dix ans) pour les appartements. Cependant, pour ces deux dernières années, Clermont-Ferrand n’est pas épargnée par la baisse (− 4,7 %), avec un mètre carré moyen aujourd’hui estimé à 2 138 euros.

Plateau central et hypercentre

De plus, les prix varient fortement selon la localisation des biens. Dans le nord de la ville, moins prisé, il n’est pas rare de trouver des appartements sous les 1 000 euros le mètre carré quand, dans l’hypercentre, un bien rénové, avec une grande terrasse, peut se négocier au-dessus des 3 000 euros. Les biens les plus recherchés sont les grands T3 et les pavillons de taille moyenne dans les communes limitrophes (Chamalières, Beaumont, Ceyrat…) – un 90 mètres carrés avec 400 mètres carrés de jardin, typiquement.

Il vous reste 38.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici