AccueilÉconomieAfrique économie - À Yopougon, le groupe Neemba veut créer une plateforme...

Afrique économie – À Yopougon, le groupe Neemba veut créer une plateforme logistique régionale [3/5]

À Yopougon, le groupe Neemba (anciennement JA Delmas) spécialiste de la manutention, a inauguré mi-février un stock régional, espérant en faire un hub logistique dans la sous-région, pour les secteurs des mines, du BTP et de l’énergie. Une démarche qui répond à une nouvelle stratégie depuis que le siège de ce groupe a été transféré de Bordeaux en Afrique, il y a quelques mois.

Avec notre correspondante à Abidjan,

Hervé Zongo est administrateur du projet Jalo Logistique. Il nous conduit, dans un grand espace, où sont stockés des groupes électrogènes, des bulldozers et des pelles. Ce site permet de répondre plus rapidement aux besoins des entreprises engagées dans des exploitations ou de grands chantiers dans la sous-région. Cela donne à l’entreprise « la possibilité de livrer une machine en moins de sept jours à un opérateur économique ivoirien ; et en moins d’une vingtaine de jours un opérateur économique burkinabé, malien, béninois ou togolais pourrait venir ici et obtenir sa machine », détaille-t-il.

Pour plusieurs entreprises, le déclic pour installer des bases régionales dans la sous-région, a été la crise Covid. Adama Soro, président de la fédération des chambres de commerce des mines en Afrique de l’Ouest, y voit un avantage de taille : le gain de temps. « Tous nos experts sur nos sites travaillent sur un indicateur : le lead time. C’est-à-dire qu’à flux tendu, on travaille pour qu’il y ait le moins de perte de temps dans l’approvisionnement de nos sites, explique Adama Soro. Sur certaines mines d’or, une journée d’arrêt peut coûter jusqu’à un million de dollars. Si on a ces pièces clés à proximité, ça nous permet de sauver beaucoup d’argent. »

À lire aussiCôte d’Ivoire: les activités économiques dopées par la CAN à Abidjan [1/5]

Des freins culturels

Le groupe Neemba travaille avec des entreprises minières, de la construction et de l’énergie. Sur le terrain, paradoxalement, ce ne sont pas forcément les tracasseries administratives d’un pays à l’autre qui posent problème, mais parfois les habitudes de type culturelles. « Les lois sont relativement bien faites, les tarifs communs sont bien faits donc on arrive, avec du bon sens et de la structure, à les passer, confirme Jean-Luc Konan, le directeur général de ce groupe. Par contre, il y a ce qu’on appelle « les non-dits ». »

Le directeur général de Jalo a lui-même fait tous les trajets en camion et a constaté les problématiques. Quand certains annoncent trois jours de délais pour une livraison, cette dernière pourrait être en réalité réalisée en une demi-journée. « Juste parce que le transporteur a ses petites habitudes à la frontière. Ce sont les difficultés internes qui ont parfois la peau plus dure que les difficultés externes », souligne Jean-Luc Konan.

Le groupe mise aussi sur la formation en continu des techniciens. Parmi ses projets, figure d’ailleurs, l’ouverture d’une académie d’ici à l’année prochaine.

À lire aussiEn Côte d’Ivoire, la production d’or atteint des records [2/5]

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici