AccueilÉconomieAfrique économie - Or artisanal en Afrique: 1 tonne quitte chaque jour...

Afrique économie – Or artisanal en Afrique: 1 tonne quitte chaque jour en contrebande le continent [1/2]

L’organisation suisse Swissaid vient de publier une étude inédite sur la quantification de la production de l’or artisanal et à petite échelle sur le continent africain. C’est la première fois qu’une étude d’une telle ampleur est menée. Et les résultats sont édifiants : une tonne d’or de contrebande quitterait chaque jour le continent africain.

Il a fallu aux chercheurs quatre années de travail pour collecter, recouper et corriger des milliers de données. Un travail « fastidieux », soulignent les chercheurs. « On a calculé qu’en 2022, il y avait 435 tonnes [d’or] au total qui ont été exportées en contrebande du continent africain. Et évidemment, si on divise 435 par 365, on obtient plus d’une tonne par jour », détaille Yvan Schulz, chef de projet chez Swissaid et co-auteur de l’étude.

La production d’or artisanale a explosé avec l’envolée des cours. Ce qui a également favorisé son extraction et son commerce illégal, souligne Marc Ummel, responsable du dossier matières premières chez Swissaid. « Quand on regarde au niveau de la contrebande, la majorité des pays africains sont actifs dans la contrebande de l’or, explique le co-auteur de l’étude. Il y a même plus de 12 pays africains qui sont impliqués dans une contrebande de plus de 20 tonnes par année. » Les plus importants, selon les analyses de Swissaid : le Mali, le Ghana, le Zimbabwe, le Niger, la Côte d’Ivoire ou encore le Soudan.

Un manque de transparence volontaire

Des phénomènes difficiles à documenter par nature. La contrebande se fait dans des mines, dans des régions isolées, par des artisans non déclarés qui commercent de manière informelle. Le manque de volonté politique de certains États est, de plus, un facteur important. « Il y a une volonté politique dans certains États de cacher les données ou de ne pas être transparent. On a eu beaucoup de difficultés à obtenir, notamment, des données du Rwanda, des données de l’Éthiopie. Il y a certains États où c’était pratiquement impossible, notamment avec l’Érythrée, avec la Libye », souligne Marc Ummel.

« Évidemment, quand parfois le gouvernement ou certains représentants du gouvernement sont impliqués directement dans ce commerce, qu’ils y ont des intérêts, vous n’avez aucune volonté d’amener plus de transparence », décrypte encore l’expert.

Une production informelle qui favorise violation des droits de l’Homme, financement de groupes armés ou encore problèmes environnementaux, soulignent les auteurs. Ils notent également les pertes de revenus importants pour les États africains. L’équivalent de 35 milliards de dollars d’or illicite pourrait ainsi quitter le continent chaque année.

À lire aussiMadagascar: un guichet unique de l’or pour contrecarrer les exportations illégales

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici