AccueilÉconomieAutomobile : le SUV dans le viseur du monde politique

Automobile : le SUV dans le viseur du monde politique

Une grosse voiture rouge accompagnée d’une interrogation : « Plus ou moins de SUV à Paris ? » L’affiche déployée à travers la capitale par la mairie pour appeler les Parisiens à participer à la votation citoyenne du dimanche 4 février annonce la couleur. A ces modèles imposants dont l’appellation (sport utility vehicles) provient du vocabulaire automobile américain, la municipalité promet de réserver un traitement de choc. Elle propose de tripler leur tarif de stationnement (non résidentiel), qui passerait, selon l’arrondissement, d’un montant de 4 à 6 euros aujourd’hui à un montant de 12 à 18 euros de l’heure. De même, il en coûtera au maximum de 75 à 225 euros pour six heures.

En réalité, ce ne sont pas spécifiquement les SUV qui sont visés, puisqu’il n’existe aucune définition précise de cette catégorie. La consultation concerne « les voitures individuelles lourdes, encombrantes et polluantes ». Plus précisément, les véhicules thermiques dont le poids dépasse 1,6 tonne et les électriques qui excèdent les 2 tonnes.

Ainsi, les petits SUV tels le Renault Captur ou le Peugeot 2008 seraient épargnés, contrairement à la berline électrique Hyundai Ioniq 6 ou certaines versions du Renault Kangoo thermique. Selon le cabinet AAA Data, pratiquement la moitié (438 000) des 892 000 véhicules immatriculés en Ile-de-France et potentiellement concernés par le dispositif ne peuvent pas être considérés comme des SUV.

Cette crispation autour du concept de SUV en dit long sur l’effet repoussoir que suscite cette catégorie de véhicules auprès d’une partie de la classe politique. Les édiles parisiens lui reprochent non seulement de polluer, mais aussi de s’arroger une part excessive de l’espace public et d’accroître la gravité des accidents de la circulation.

Alourdissement de la fiscalité

En le désignant à la vindicte populaire, la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, va dans le sens d’une partie de l’opinion publique bien représentée dans la capitale, où à peine un ménage sur trois dispose d’une voiture. A Lyon, la municipalité à direction écologiste a pris la décision de revaloriser, à partir de l’été 2024, le tarif de stationnement appliqué aux véhicules lourds, sans pour autant organiser une votation.

Même s’il échappe aux définitions classiques, le SUV, désormais majoritaire parmi les ventes de véhicules neufs en Europe (il atteint 47 % des immatriculations en France), figure en bonne place dans le viseur des pouvoirs publics. Il pèse en moyenne quelque 300 kilos de plus qu’une berline et a largement contribué à accroître la masse et les dimensions moyennes des automobiles. L’impact croissant sur le parc automobile des SUV, dont les émissions de gaz à effet de serre sont plus élevées que la moyenne de leur catégorie, a également eu pour effet d’annihiler une partie des effets positifs engendrés par l’électrification récente du marché.

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici