AccueilÉconomieCes maisons en France que les compagnies d’assurances ne veulent plus couvrir

Ces maisons en France que les compagnies d’assurances ne veulent plus couvrir

L’un des pilliers de la réforme du régime Cat Nat devrait passer par une cartographie des périls et des zones les plus plus à risques (
ici, les inondations à Arques, Pas-de-Calais, en janvier), les nouvelles constructions dans ces zones noires pourraient alors ne plus être assurables.
DENIS CHARLET/AFP

Gabriel Attal a annoncé une réforme pour éviter que les assureurs se détournent des zones à risques.

C’est un phénomène récent, directement lié au réchauffement du climat et qui commence à inquiéter. De fait, avec la multiplication des aléas climatiques, certains assureurs ne couvrent plus des maisons potentiellement à risque. Une tendance déjà à l’œuvre dans certaines régions du monde fréquemment balayées par des ouragans ou des feux de forêt, comme la Californie ou la Floride, et qui désormais gagne la France.

«On commence à voir dans les zones sujettes aux phénomènes climatiques des premiers signes de sélection des risques assurables», confirme Édouard Vieillefond, le directeur général du réassureur public CCR, qui gère le régime des catastrophes naturelles (dit Cat Nat). En clair, dans les zones susceptibles d’être durement touchées par des inondations, des tempêtes ou encore des submersions marines (côte atlantique…), il commence à être de plus en plus difficile d’assurer sa maison.

La mission Langreney

Laurent Huger, maire de L’Aiguillon-la-Presqu’île, une commune de Vendée ravagée par la tempête Xynthia…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici