AccueilÉconomieClarisse Angelier et Gérard Roucairol : « L’Europe dispose d’un terrain particulièrement fertile pour...

Clarisse Angelier et Gérard Roucairol : « L’Europe dispose d’un terrain particulièrement fertile pour nourrir l’innovation »

Alors que les élections européennes se déroulent du 6 au 9 juin, la question du numérique peine à émerger dans le débat public. Ce constat est inquiétant, car le numérique et la recherche sont des sujets éminemment politiques. Il est ainsi urgent de sortir de l’enfermement actuel pour se tourner vers un écosystème de partage et de libre circulation des données. Ce sont les conditions nécessaires à l’innovation, l’autonomie stratégique et la souveraineté numérique de l’Union européenne.

Talents, cadre juridique, solutions techniques : tous les éléments sont réunis en Europe. Ne manquent plus aujourd’hui qu’une vraie prise de conscience de la part des entreprises, et une véritable impulsion politique et économique.

Le marché unique européen repose sur la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. Il nous paraît essentiel que les données numériques bénéficient elles aussi de cette même liberté. Aujourd’hui, que ce soit au sein des entreprises, des administrations ou pour des usages individuels, le modèle principal de traitement de l’information numérique est le cloud, qui permet à la fois le stockage, le traitement et la mutualisation des ressources matérielles et logicielles.

Notons bien que la valeur d’une donnée ne repose pas tant sur son usage que sur sa circulation. L’enjeu est donc d’organiser la circulation des données et la création d’une dynamique vertueuse entre toutes les parties prenantes, au travers d’un réseau de clouds par nature hétérogènes. L’important n’est plus l’outil ou le lieu d’hébergement de la donnée, mais bien sa capacité à être négociée et échangée sur un marché.

Architecture en système fermé

Trois grandes entreprises américaines (Amazon, Microsoft et Google) fournissent l’essentiel de la clientèle industrielle du cloud en France, en Europe et dans le monde. Si les caractéristiques des solutions proposées sont globalement adaptées aux besoins actuels, leur architecture en système fermé crée une forme de dépendance et freine l’innovation.

En Europe, la prise de conscience par les industriels de l’importance du cloud est encore relativement récente. Les décideurs se sont tournés vers des solutions existantes, qui mettent en avant leur capacité à protéger les données des entreprises. Or, vouloir rapporter l’usage des données numériques uniquement à celles qui sont générées en propre peut créer une perte de compétitivité, le progrès et l’innovation n’existant pas en vase clos sur le long terme. A contrario, le projet Catena-X, qui met en réseau tous les acteurs de l’industrie automobile allemande, est un bel exemple de création d’un écosystème numérique collaboratif.

Il vous reste 45.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici