AccueilÉconomieEn Espagne, le gouvernement cherche à faire passer une baisse hebdomadaire du...

En Espagne, le gouvernement cherche à faire passer une baisse hebdomadaire du temps de travail

Pour la troisième fois depuis le début de l’année, le patronat, les syndicats et le ministère espagnol du travail ont tenu une réunion, jeudi 30 mai, afin d’aborder le projet du gouvernement de réduire le temps de travail. Actuellement fixé à 40 heures par semaine, il passerait à 38,5 heures dès cette année et à 37,5 heures en 2025, sans baisse de salaire. C’est une mesure « du XXIe siècle », a déclaré la ministre du travail, Yolanda Diaz, issue du parti Sumar (gauche radicale). Plutôt que « vivre pour travailler », Mme Diaz propose d’avoir « du temps pour se promener, pour étudier, pour être avec les personnes aimées ». A terme, son objectif est d’ouvrir des négociations secteur par secteur, afin de poursuivre cette réduction jusqu’à 35 heures, voire 32 heures, par semaine.

Cependant, jeudi, la réunion s’est de nouveau terminée sans avancées. Non seulement les syndicats ne parviennent pas à se mettre d’accord avec le patronat, qui estime que la question doit être abordée secteur par secteur et négociée dans le cadre de conventions collectives, mais la mesure devra encore passer le filtre du Congrès des députés, où plusieurs alliés parlementaires indispensables au gouvernement ont déjà exprimé des réticences, comme le Parti nationaliste basque (PNV, conservateur).

« Nous allons consacrer tous nos efforts à réduire le temps de travail, dont la durée est gelée depuis plus de quarante ans », a insisté, le 30 mai, le secrétaire d’Etat au travail, Joaquin Perez, qui souhaite boucler un accord avant l’été. Près de 12 millions de travailleurs du secteur privé pourraient profiter de cette mesure, selon une étude de la fédération syndicale des Commissions ouvrières, en particulier dans l’industrie et la construction. Dans la fonction publique, en revanche, le temps de travail est déjà de 37,5 heures. Par ailleurs, de nombreux secteurs ont négocié dans le cadre de leur convention collective une semaine de 38 heures. Selon Eurostat, le nombre d’heures de travail hebdomadaire le plus fréquent en Espagne en 2022 était de 37,7, contre une moyenne de 36,6 heures en Europe.

Problème de faible productivité

« Comme le montre l’histoire, libérer du temps libre signifie augmenter la productivité, la consommation et l’activité économique en général », a souligné M. Perez. Pour Lorenzo Amor, vice-président de la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales, il est important de freiner « la hausse de l’absentéisme » et d’« augmenter d’abord la productivité ».

L’Espagne traîne depuis longtemps un problème de faible productivité, notamment du fait du manque de formation des salariés et d’investissements dans la modernisation technologique, ou encore du poids des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la construction dans le PIB. Selon un rapport de l’OCDE, la productivité mesurée en PIB par heure travaillée s’est située en Espagne, en 2022, à 53 dollars (48,6 euros), contre 61 dollars en moyenne dans la zone euro.

Il vous reste 34.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici