AccueilÉconomieFrançoise Joly, directrice de l’information de TV5Monde, convoquée à un entretien préalable...

Françoise Joly, directrice de l’information de TV5Monde, convoquée à un entretien préalable à son licenciement

Moins de deux semaines après l’annonce inattendue de la démission de son PDG Yves Bigot, la chaîne TV5Monde va-t-elle maintenant voir sa directrice de l’information limogée ? Françoise Joly a appris sa convocation, mardi 4 juin, par la direction du groupe audiovisuel francophone à un entretien préalable au licenciement. La convocation de Mme Joly – qui n’a pas répondu à nos sollicitations – est fixée au mardi 11 juin et le motif de la convocation n’est pas précisé selon nos informations qui confirment les révélations de Télérama. Une partie des salariés ont appris la nouvelle jeudi 6 juin par une élue syndicale lors d’une réunion de la société des journalistes (SDJ). Pour le moment, aucune annonce officielle n’a été faite en interne.

Alors que M. Bigot et Mme Joly travaillaient en bonne intelligence depuis la nomination de cette dernière en 2019, « l’affaire Kaci », comme surnommée en interne, a été vue comme une « cassure » entre le PDG et sa directrice de l’information, selon plusieurs salariés qui ont souhaité conserver l’anonymat. En novembre 2023, la direction de la rédaction avait convoqué le journaliste Mohamed Kaci après l’interview tendue d’un porte-parole de l’armée israélienne lors du journal quotidien de la chaîne (dont l’actionnariat est partagé entre des sociétés audiovisuelles publiques de France, de Belgique, de Suisse, du Canada, du Québec et de Monaco).

Bien que finalement pas sanctionné, le fait que M. Kaci ait été désavoué publiquement avait provoqué un fort émoi en interne. Selon plusieurs témoignages, M. Bigot n’aurait pas apprécié que M. Kaci échappe à une sanction, ce que le PDG à la tête du groupe audiovisuel francophone depuis 2012 dément fermement.

Impopulaire en interne

L’autre épisode accentuant l’animosité entre le PDG et la cadre de l’entreprise daterait du mois de janvier : les drapeaux erronés du Cameroun et de Guinée-Conakry avaient été diffusés à l’antenne, avant que la chaîne ne présente ses excuses. Yves Bigot s’était lui-même rendu au Cameroun afin de s’en excuser, incitant Françoise Joly à le suivre, ce que cette dernière n’avait pas fait, étant en arrêt maladie.

Enfin, Mme Joly avait fait part à M. Bigot de ses interrogations sur l’arrivée potentielle de pays africains dans l’actionnariat du groupe audiovisuel, projet porté par le PDG. L’entreprise a récemment inscrit dans son plan stratégique pour 2025-2028 le fait que sept pays d’Afrique subsaharienne – le Bénin, le Gabon, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville – puissent entrer dans le capital de la chaîne. L’arrivée de certains d’entre-eux, considérés comme ennemis de la liberté de la presse, inquiète notamment des correspondants. Ceux-ci, lorsqu’ils ont demandé des garanties en termes d’indépendance, ont été soutenus par Mme Joly.

Il vous reste 37.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici