AccueilÉconomie«La délocalisation ou la faillite»: l’Europe tente de sauver son industrie solaire...

«La délocalisation ou la faillite»: l’Europe tente de sauver son industrie solaire menacée d’extinction

Un champ de panneaux photovoltaïques à Braine l’Alleud, en Belgique.
ERIC LALMAND/AFP

DÉCRYPTAGE – Plusieurs producteurs annoncent des fermetures, noyés par la concurrence chinoise massive.

Un électrochoc? Mi-janvier, Meyer Burger, un fabricant suisse de panneaux solaires menaçait de fermer d’ici à avril son site de production à Freiberg, en Allemagne, l’un des plus importants d’Europe, ouvert il y a seulement trois ans, avec 500 emplois à la clé. «La détérioration de l’environnement du marché en Europe rend insoutenable dans l’immédiat la poursuite d’une production de solaire à grande échelle», justifiait l’entreprise.

À la place, elle compte développer son activité aux États-Unis, grâce au «soutien de politiques industrielles», notamment les généreuses subventions et crédits d’impôt de la loi IRA (Inflation Reduction Act), mise en œuvre par Joe Biden il y a un an et demi. La décision finale sur la fermeture de l’usine de Freiberg devrait être prise d’ici à la fin février.

Branle-bas de combat à Berlin, où des discussions se tiennent avec le ministère de l’Économie pour tenter d’éviter cela, ainsi qu’à Bruxelles, où la Commission se penche, un peu tard, sur le sort de l’industrie…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici