AccueilÉconomieLa suspension du plan Ecophyto, un « signal désastreux » selon les ONG de...

La suspension du plan Ecophyto, un « signal désastreux » selon les ONG de défense de l’environnement

Question parmi les plus sensibles du dossier agricole, la réduction de l’utilisation des pesticides avait été, jusqu’à présent, évitée par le gouvernement – le premier train d’annonces visant à apaiser la colère des exploitants n’y faisait aucune référence. La pression de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) a fini par payer : le ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, Marc Fesneau, a annoncé jeudi 1er février la mise « en pause » du plan Ecophyto, dont la dernière déclinaison, toujours en discussions, visait à réduire de 50 % les usages de pesticides d’ici à 2030, par rapport à la période 2015-2017.

Le premier ministre, Gabriel Attal, a pour sa part mis en cause, sans la nommer, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), affirmant qu’il faut « sortir d’une situation où notre agence sanitaire » interdit une molécule en France avant qu’elle ne soit interdite dans l’Union européenne.

Lancé en 2008, le plan Ecophyto n’a jusqu’à présent pas permis d’atteindre les objectifs visés. Officiellement, il n’est pas abandonné mais mis à l’arrêt « le temps d’en retravailler un certain nombre d’aspects », selon M. Fesneau. L’objectif est de « mettre en place un nouvel indicateur », a précisé M. Attal. Derrière le caractère technique de l’annonce se cache un point de discorde majeur avec les producteurs de grandes cultures, notamment. L’indicateur actuel, le nombre de doses unités (NODU), en place depuis 2008, recense le nombre de traitements appliqués à l’hectare.

Il permet ainsi de tenir compte de l’efficacité des molécules qui, à tonnage identique, peuvent avoir un impact très différent sur la santé et l’environnement. D’autres indicateurs, promus par les agrochimistes, sont susceptibles de mesurer sur le papier des réductions d’utilisation peu effectives dans les champs. En octobre 2023, les autorités allemandes ont officiellement mis en garde contre l’adoption de tels indicateurs au niveau européen, qualifiés de « trompeurs ».

« Le gouvernement se trompe de combat », selon WWF France

« En annonçant de graves reculs à venir sur la transition écologique, et notamment la mise à l’arrêt d’Ecophyto 2030, le gouvernement se trompe de combat pour résoudre la crise agricole, selon WWF France. Au lieu de concentrer l’ensemble de ses efforts sur des prix justes pour une transition juste, ce sont les mesures environnementales qui sont prises pour cibles, à Bruxelles comme à Paris. L’annonce d’une mise à l’arrêt du plan Ecophyto est un signal désastreux pour la protection de l’environnement et la santé publique. »

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici