AccueilÉconomieL'assurance-vie moins plébiscitée en 2023 et concurrencée par le Livret A

L’assurance-vie moins plébiscitée en 2023 et concurrencée par le Livret A

Ce coup de mou contraste avec le succès du Livret A, qui a attiré plus de 28 milliards d’euros nets sur l’ensemble de l’année dernière.
Katleho Seisa/peopleimages.com / stock.adobe.com

Les épargnants sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à des solutions alternatives comme les plans d’épargne retraite.

L’assurance-vie a fait moins bien en 2023 que les deux années précédentes, distancée par des produits d’épargne concurrents aux taux plus attractifs, à l’image du Livret A, a annoncé vendredi la fédération France Assureurs. Les cotisations (sommes versées sur les contrats) ont excédé les prestations (qui comprennent les rachats et les versements en cas de décès) de 2,4 milliards d’euros entre janvier et décembre 2023, affirme la fédération professionnelle. C’est six fois moins que les 14,3 milliards d’euros de 2022 et dix fois moins que les 23,7 milliards d’euros de 2021.

Ce coup de mou contraste avec le succès du Livret A, qui a attiré plus de 28 milliards d’euros nets sur l’ensemble de l’année dernière. Le directeur général de France Assureurs, Franck Le Vallois, a pourtant écarté lors d’une conférence de presse téléphonique tout arbitrage des épargnants en défaveur de l’assurance-vie. Il préfère voir dans cette année passable les besoins exceptionnels d’argent frais des assurés, pour faire face à l’inflation ou financer l’achat d’un bien immobilier, par exemple.

D’autres motifs de satisfaction

Les assureurs ont aussi plusieurs motifs pour se rassurer. Les taux de rémunération des fonds euros, garantis en capital, sont en hausse significative, même s’ils n’atteignent pas encore les 3% net du Livret A. L’encours total des produits d’assurance-vie a atteint un niveau record à fin décembre, à 1.923 milliards d’euros, porté par les performances des unités de compte (UC), des supports d’investissements plus risqués mais potentiellement plus rémunérateurs. Les épargnants s’intéressent d’ailleurs de plus en plus aux UC, encouragés par les assureurs qui font plus que s’y retrouver en frais.

Au cours de l’année 2023, la collecte nette en unités de compte s’élève à 30 milliards d’euros. Les fonds euros sont en revanche en déclin: ils ont dégonflé de 27,6 milliards d’euros l’an dernier. La fédération des assureurs met également en avant le succès des plans d’épargne retraite (PER), tête de pont en France de la retraite par capitalisation, avec 1,12 million de nouveaux assurés l’an dernier. Elle note aussi que les cotisations (153,3 milliards d’euros) et les prestations (150,8 milliards d’euros) en assurance-vie sont à des niveaux jamais vu.

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici