AccueilÉconomieL’Egypte fragilisée par la baisse du trafic maritime dans le canal de...

L’Egypte fragilisée par la baisse du trafic maritime dans le canal de Suez

Le trafic maritime sur le canal de Suez est en chute libre. Avec la multiplication des attaques des houthistes en mer Rouge en représailles à la guerre menée par Israël dans la bande de Gaza, treize des plus grands armateurs mondiaux, représentant à eux seuls près de 40 % du marché mondial, ont annoncé dérouter leurs navires vers le cap de Bonne-Espérance. Face à ce détournement soudain des navires commerciaux, c’est une artère vitale de l’Egypte qui est en danger, au risque de plonger l’économie du pays, déjà morose, dans un état d’anémie.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La mer Rouge sous le feu des houthistes, en cartes

En temps normal, pas moins de 12 % du commerce mondial passe par cette artère, longue de 193 kilomètres et étroit d’environ 300 mètres, reliant la mer Rouge à la Méditerranée. Une cinquantaine de cargos, tankers et autres porte-conteneurs traversent quotidiennement le canal. A chaque passage, ces vaisseaux commerciaux versent une taxe aux autorités égyptiennes, représentant une source de devises étrangères essentielle pour le pays.

En janvier, les revenus ont diminué de 40 % comparé à l’année 2023, a fait savoir le directeur de l’Autorité du canal de Suez (SCA), l’amiral Osama Rabie, précisant que le nombre de navires franchissant le passage a chuté de 30 %. Encore difficile à quantifier, le manque à gagner pour l’économie égyptienne s’annonce important. A titre de comparaison, lorsque, en 2021, le porte-conteneurs Ever-Given avait obstrué le canal de Suez pendant six jours seulement, la SCA avait enregistré entre 12 et 15 millions de dollars (environ 11,1 à 13,9 millions d’euros) de pertes quotidiennes.

Avec le contournement du canal de Suez, l’Egypte doit revoir à la baisse ses prévisions de recettes pour 2024, que le gouvernement avait estimées à plus de 10 milliards de dollars. Sur la période 2022-2023, la SCA avait en effet enregistré des revenus records avoisinants 9 milliards de dollars, à la suite de l’élargissement du canal inauguré en grande pompe en 2021.

Les stocks s’accumulent

Alors, les autorités font tout pour rassurer. « La navigation se poursuit et n’a pas cessé malgré les nombreux défis », martèle l’amiral Osama Rabie, qui tente par tous les moyens de raviver la confiance des compagnies maritimes. La SCA propose désormais des services « inédits » à ses clients, s’engageant à fournir « tous les services de navigation, de réparation et d’entretien dont les navires de passage ont besoin en cas de panne ou de situation d’urgence », détaille un communiqué publié le 22 janvier, « pour assurer la régularité de la navigation dans le canal et la durabilité des chaînes d’approvisionnement mondiales ».

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici