AccueilÉconomie« L’Etat français et l’Europe doivent prendre conscience des risques qu’il y a à...

« L’Etat français et l’Europe doivent prendre conscience des risques qu’il y a à renoncer à la souveraineté économique sur les données »

A l’heure du réarmement industriel et technologique prôné par le président, Emmanuel Macron, lors de son discours de la Sorbonne, le 24 avril, la décision de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) autorisant, quatre mois plus tôt, le géant américain de la tech Microsoft à héberger les données de santé des Français sonne comme « une étrange défaite », selon la triste formule de l’historien Marc Bloch (1886-1944).

Pour justifier sa décision, le gendarme chargé de la protection des données personnelles de nos concitoyens avait avancé qu’il n’existait pas d’acteur européen du cloud capable de fournir une solution alternative répondant « aux exigences techniques et fonctionnelles (…) pour la mise en œuvre du Health Data Hub dans un délai compatible avec les impératifs de ce dernier ». Il faut tout d’abord s’inscrire en faux contre cette affirmation.

La France dispose d’un vaste écosystème de sociétés technologiques diversifié, composé à la fois de grands groupes reconnus au niveau mondial, comme Atos, Capgemini, Orange, Thales, Dassault Systèmes, Docaposte, et d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) à la pointe de la sécurité aux capacités fonctionnelles compétitives. A Bruxelles, il est également surprenant, pour ne pas dire inquiétant, de voir la Commission européenne envisager une révision de la European Union Cybersecurity Certification Scheme for Cloud Services (EUCS) qui abandonnerait le critère de souveraineté et ouvrirait en grand les portes du cloud européen aux géants américains et chinois.

Les données, l’or noir du XXIᵉ siècle

Mais, à l’heure où Atos, l’un de nos champions nationaux, est sous la menace d’une prise de contrôle par des investisseurs financiers étrangers, l’Etat français et l’Europe doivent prendre conscience des risques considérables qu’il y a à renoncer à la souveraineté économique sur les données. Si le pétrole a été l’or noir du XXe siècle, les données ont incontestablement pris cette place au XXIe siècle. Il est temps de prendre des décisions à la hauteur des enjeux. La France ne peut pas se résoudre à perdre la bataille de la souveraineté technologique afin de ne pas laisser notre patrimoine économique aux mains des seules multinationales américaines, qui poursuivent des intérêts stratégiques et financiers opposés aux nôtres.

Lire aussi l’éditorial | Atos, une faillite collective

Un nouvel élan est possible. Il y a douze ans, l’Etat français a décidé de créer un organisme public, Bpifrance, destiné à favoriser l’émergence d’une véritable « start-up nation ». A l’époque, le capital-risque français était très modeste. Aujourd’hui, c’est le deuxième écosystème le plus important en Europe, derrière la Grande-Bretagne mais largement devant l’Allemagne.

Il vous reste 42.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici