AccueilÉconomieNégociations entre distributeurs et industriels : Bercy menace ceux qui ne respectent pas...

Négociations entre distributeurs et industriels : Bercy menace ceux qui ne respectent pas la loi EGalim

Le gouvernement devait réagir rapidement. Après le mouvement de colère d’agriculteurs, il avait annoncé vouloir renforcer le contrôle des contrats signés dans le cadre des négociations entre distributeurs et industriels, afin de s’assurer qu’ils sont en conformité avec la loi EGalim, qui vise à protéger la rémunération des agriculteurs.

Sur les « 1 000 contrats signés » au terme des négociations commerciales qui se sont achevées le 31 janvier entre les « grands industriels » et les « cinq grands distributeurs », « 124 contrats ne respectent pas les règles de la loi », a affirmé Bruno Le Maire dans l’émission « C à vous », diffusée sur France 5, lundi 5 février. « J’ai donc envoyé des injonctions à tous les industriels et tous les distributeurs » dont les contrats ne sont pas conformes, a poursuivi le ministre.

« Ils ont quinze jours pour expliquer pourquoi ils ne se sont pas conformés et pour s’y conformer, faute de quoi industriels et distributeurs encourront chacun une amende pouvant aller jusqu’à 5 millions d’euros », a menacé Bruno Le Maire, promettant de rendre public leurs noms.

Répondant aux accusations de Michel-Edouard Leclerc, le porte-voix de l’enseigne leader du secteur E.Leclerc, qui s’estime visé « personnellement » par « un groupe de députés » de la majorité, Bruno Le Maire a indiqué que E.Leclerc n’est « ni plus ni moins » dans le viseur du gouvernement. « Les cinq distributeurs sont tous concernés par les enquêtes » lancées et « personne ne passera entre les mailles du filet », a assuré le numéro deux du gouvernement. Il a affiché sa fermeté : « Les sanctions tomberont sur tous ceux qui ont triché. »

Concernant les centrales d’achat domiciliées à l’étranger qui permettraient aux distributeurs de contourner la loi, Bruno Le Maire a déclaré que les contrôles sont en cours et a rappelé que « tout produit vendu en France doit respecter la loi française ».

Les prix des produits alimentaires vont augmenter

Les prix des produits alimentaires vont augmenter en moyenne de 2 % à 3 % en France à l’issue de ces négociations, a ajouté M. Le Maire. « Un quart des prix des produits alimentaires vont baisser », a dit le ministre de l’économie sur France 5, en promettant que la baisse aurait lieu « tout de suite » alors que les négociations commerciales se sont conclues le 31 janvier.

« Ça ne va pas être du 10 %, ça va être du 1, ça peut être du 2, ça peut être du 3 % », a-t-il ajouté, en citant les pâtes, le sucre, le café, les céréales et les huiles. « Après, globalement il y aura une augmentation sur l’ensemble des produits qui sera contenue entre 2 % et 3 %. »

Le Monde avec AFP et Reuters

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici