AccueilÉconomieNestlé réduit encore le nombre de ses usines en France

Nestlé réduit encore le nombre de ses usines en France

L’empreinte industrielle de Nestlé en France ne cesse de décroître. Le géant suisse de l’agroalimentaire a décidé de se délester d’une nouvelle usine. En l’occurrence celle située à Arches, dans les Vosges, où sont fabriqués des aliments pour bébé. Nestlé France a, en effet, annoncé, jeudi 1er février, l’ouverture de négociations exclusives avec le fonds d’investissement français FnB pour la vente potentielle de cette activité. Ce projet pourrait être finalisé dans le courant du premier semestre 2024.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Nestlé, une décennie de retrait industriel en France

Quand la transaction, dont le montant n’a pas été divulgué, sera concrétisée, Nestlé ne comptera plus que 14 usines en France, à comparer aux 31 comptabilisées en 2011. En une dizaine d’années, le numéro un mondial de l’agroalimentaire aura divisé par plus de deux son dispositif industriel.

L’enjeu pour les dirigeants du groupe, qui ne cessent de le restructurer, est de céder les activités jugées moins rentables ou à faible croissance pour doper les résultats financiers. Ils se délestent donc de marques locales ou nationales au profit des marques étendard comme Nespresso, Nescafé, San Pellegrino ou Purina.

Purées, potages et desserts

En 2023, le couperet est tombé sur l’usine de Caudry dans le Nord où le groupe suisse produisait les pizzas Buitoni frappées par un scandale sanitaire. Ce site a finalement trouvé un repreneur, Italpizza, groupe italien de pizzas surgelées, qui a signé jeudi 1er février l’acte d’achat. Le nouveau propriétaire se dit prêt à investir douze millions d’euros sur quatre ans pour la modernisation des lignes et prévoit de relancer la production à l’automne 2024.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Négociations commerciales : la crise agricole attise les tensions

Un an plus tôt, en 2022, c’est la purée Mousline, fabriquée à Rosières-en-Santerre (Somme), qui avait changé de mains. FnB, un fonds d’investissement français, spécialisé dans l’agroalimentaire, s’en était emparé. Après avoir acheté le café Legal, ce même investisseur continue ses emplettes et vient donc de jeter son dévolu sur l’activité d’alimentation pour bébé, hors lait infantile, de Nestlé France.

Un périmètre qui comprend les gammes de purées, potages et desserts mais aussi de poudres pour le petit-déjeuner vendues sous les marques NaturNes, Babicao et Babivanille, un ensemble auquel s’ajoute la franchise P’tit. Le groupe Nestlé a précisé qu’il n’y aurait pas d’impact sur l’emploi alors que l’usine d’Arches compte 230 salariés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici