AccueilEnvironnementQuestions d'environnement - Europe: l'ONU dénonce la répression contre les militants du...

Questions d’environnement – Europe: l’ONU dénonce la répression contre les militants du climat

Michel Forst, le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs de l’environnement, tire la sonnette d’alarme après sa visite au Royaume-Uni.

Ce 22 janvier, Michel Forst a envoyé une lettre au gouvernement britannique dans laquelle il se dit gravement préoccupé par ce qu’il qualifie de « répression sévère » des manifestants en faveur de l’environnement et du climat en Grande-Bretagne. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des défenseurs de l’environnement a visité le pays au début du mois.

« Un militant pacifique pour le climat qui a participé à une marche lente – c’est-à-dire qui a essayé de bloquer le trafic pendant trente minutes – a été condamné à six mois de prison. Depuis 1930 en Grande-Bretagne, on n’avait jamais connu de condamnation aussi sévère pour un acte de manifestation, souligne Michel Forst. Autre exemple : on voit des juges interdire aux défenseurs de l’environnement de simplement dire le mot climat ou d’expliquer les raisons pour lesquelles ils ont décidé d’utiliser cette forme de manifestation. Des militants nous parlent aussi de la libération sous caution, c’est-à-dire qu’ils sont bloqués avec un bracelet électronique pendant de longues heures, parfois jusqu’à deux ans, en attendant la date de leur procès pénal. Et un dernier point pour donner la tonalité : en Grande-Bretagne, on voit des ministres et des membres du Parlement essayer de ridiculiser les militants du climat, une manière de les exposer à une forme de répression, et parfois aussi leur interdire de continuer leur action. »

À écouter aussi (mars 2023)Mouvements écologistes: de la résistance à la violence?

Cette répression contre des activistes qui militent pour la fin des énergies fossiles ou pour la décroissance s’inscrit dans un cadre légal qui s’est considérablement durci. En 2022 et 2023, le Parlement britannique a adopté des « lois draconiennes » en ce sens, dénonce le rapporteur spécial.

La liberté de manifestation s’érode

Le Royaume-Uni n’est pas le seul pays européen à sévir contre les militants écologistes. « En France comme en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne, au Portugal, au Danemark comme ailleurs, la répression contre les militants du climat augmente et le sentiment qu’on a, c’est que les États se copient les uns les autres, copient les mauvaises pratiques sur le plan policier, sur le plan judiciaire. Et c’est un sujet de préoccupation majeure pour les Nations unies qui voient progressivement s’éroder la liberté de manifestation en Europe, indique à RFI Michel Forst. Le droit de manifester est réglementé par le droit international des droits humains et mon inquiétude est de voir que dans quelques pays on érode progressivement le poids du droit international sur les décisions qui sont prises par les tribunaux. »

Et le rapporteur de conclure : « Alors que le monde est confronté à une triple crise avec le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution, les défenseurs de l’environnement agissent pour le bien de tous et doivent être protégés. » En 2022 au niveau mondial, 177 défenseurs de l’environnement ont été assassinés, soit un tous les deux jours.

À lire aussiUn défenseur de l’environnement est tué tous les deux jours dans le monde

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici