AccueilEnvironnementYémen: le sauvetage du pétrolier délabré «FSO Safer» compromis par les attaques...

Yémen: le sauvetage du pétrolier délabré «FSO Safer» compromis par les attaques en mer Rouge

Les attaques des rebelles houthis en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, ainsi que les répliques américaines et britanniques, ont contraint les Nations unies à arrêter le périlleux sauvetage du FSO Safer, un pétrolier délabré et abandonné depuis des années au large d’Hodeïda, au Yémen, qui menaçait de causer une gigantesque marée noire.

Publié le :

3 mn

Pendant des années, le FSO Safer, vieux de 48 ans, a été amarré et abandonné avec 1,14 million de barils de pétrole à bord, au large d’Hodeïda, au Yémen, à cause de la guerre qui oppose depuis 2014 les rebelles houthis et le pouvoir central yéménite. Faute d’entretien, le navire s’est délabré et menace d’exploser. Une telle marée noire pourrait causer un désastre environnemental en mer Rouge, avec des répercussions possibles dans toute la région.

Alors en août 2023, les Nations unies se sont lancées dans une opération à haut risque, qui a d’abord débuté par l’extraction du million de barils retenu dans les entrailles du vieux pétrolier pour les transférer vers un navire de remplacement, baptisé MT-Yemen.

Le travail de sauvetage devait s’achever par le nettoyage des cuves des résidus de pétrole, le remorquage et la démolition du FSO Safer. Car même débarrassé de sa cargaison, le navire, qui risque de se briser, constitue « une menace pour l’environnement » en raison de résidus de pétrole, d’après l’ONU.

Interruption du sauvetage

C’est toute cette deuxième partie du sauvetage qui a pris du retard en raison de problèmes financiers, et qui est désormais stoppée net par la multiplication des attaques des Houthis contre des navires en mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

La situation a posé « des défis opérationnels et financiers inattendus », empêchant l’achèvement de l’opération, a affirmé à l’AFP un porte-parole du Programme de l’ONU pour le développement (Pnud). « L’ONU n’a eu d’autre choix que d’interrompre le projet à ce stade et en a informé les autorités », a-t-il ajouté. « Nous continuons de suivre de très près l’évolution de la situation. »

Sauf que le péril environnemental n’est pas levé. Le FSO Safer, encore pollué, est toujours en mer et pourrait se fendre, ainsi que le navire de remplacement, lui aussi bloqué au large d’Hodeïda. Un déversement de pétrole en mer Rouge affecterait l’écosystème marin, les villages de pêcheurs et les ports essentiels du Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique.

À lire aussiTanker FSO Safer à l’abandon: «Une bombe à retardement» au large du Yémen, alerte l’ONU

Le FSO Safer pourrait être touché par un missile

Depuis mi-novembre, les rebelles houthis tirent des missiles et des drones au large du Yémen contre des navires qu’ils estiment liés à Israël, en signe de « solidarité » avec les Palestiniens à Gaza. Ces attaques, qui ont perturbé le trafic dans cette zone maritime essentielle pour le commerce mondial, ont poussé les États-Unis à bombarder en retour des positions rebelles au Yémen.

Selon l’analyste koweïtien Bader Al Saif, les Houthis ne vont pas hésiter à « utiliser toutes les cartes à leur disposition pour ternir l’image » des États-Unis et de leurs alliés. Un retard dans le projet FSO Safer sert par exemple leur « propagande anti-américaine », a-t-il rapporté auprès de l’AFP.

Mais cela signifie aussi qu’il y a de « grands risques » que le FSO Safer ou le MT-Yemen, soient touchés par un missile, a estimé Idriss al-Shami, le directeur général de la compagnie pétro-gazière nationale SEPOC à Sanaa qui agit sous l’autorité des Houthis.

À lire aussi[En direct] Gaza: un centre de l’ONU visé à Khan Younès, sous le feu des frappes israéliennes

(Et avec AFP)

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici