AccueilSportsEspagne-France : Il peut «faire mal à n’importe quel moment», Rodri se...

Espagne-France : Il peut «faire mal à n’importe quel moment», Rodri se méfie toujours autant de Mbappé

Même s’il apparaît diminué, Kylian Mbappé reste une grande menace selon Rodri. Mais le capitaine espagnol se méfie de toute l’équipe de France.

Questionné avec insistance sur l’attaquant des Bleus en conférence de presse lundi à la veille de la demi-finale de l’Euro-2024, le milieu de terrain espagnol Rodri a estimé que «la France ne se (résumait) pas à Mbappé» et était «l’une des meilleures sélections des dernières années».

«Moi je me méfie de ce qui se dit (que Mbappé est diminué, NDLR). Je le connais, il a cette capacité à faire mal à n’importe quel moment. (…) C’est le joueur le plus dangereux, il fait la différence. Mais la France ne résume pas à lui. Ils défendent très bien, ils sont très dangereux en contre-attaques. Nous n’aimons pas nous concentrer sur les individualités», a déclaré Rodri.

La France est «l’équipe qui a disputé le plus de finales, de phase finales de grand tournoi ces dernières années, celle qui a obtenu le plus de résultats. C’est une sélection très difficile à battre» a rappelé le milieu de Manchester City.

«Mais nous allons jouer avec nos armes, amener le match dans la direction que nous souhaitons. Nous y allons sans peur, avec sécurité, car nous avons démontré que l’on pouvait battre n’importe quel adversaire. (…) Nous devrons sortir notre version optimale pour passer en finale», a-t-il ajouté.

Son sélectionneur Luis De la Fuente est du même avis : «Nous, ce que nous analysons c’est le potentiel exceptionnel de cette équipe très forte collectivement. Personnellement, quand je regarde un match de foot je ne m’ennuie jamais, je me divertis.»

S’il a estimé une nouvelle fois que la Roja était «la meilleure équipe», le technicien espagnol se méfie d’une équipe de France «très forte physiquement au-delà de son talent individuel» et a encensé Kylian Mbappé.

«Ce genre de joueurs sont imprévisibles, on ne sait pas quand ils peuvent apparaître. Même diminués à 50%, ils valent sûrement plus que la plupart des autres à 100%. Il peut se permettre de ne pas être dans le match et, en deux actions, faire la décision. C’est un génie, un supercrack».

«Nous sommes là on voulions être, en train de préparer une demi-finale à Munich. Nous l’abordons avec ambition, car nous en voulons plus. Nous voulons aller en finale» a-t-il conclu.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici