AccueilSportsEuro 2024 : avant d’affronter l’équipe de France, les Pays-Bas confortent leur statut...

Euro 2024 : avant d’affronter l’équipe de France, les Pays-Bas confortent leur statut de trouble-fête contre la Pologne

Avant de se présenter face à la presse pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match, dimanche 16 juin, Didier Deschamps avait les yeux rivés sur Hambourg. L’équipe de France de football ne fera son entrée en lice dans l’Euro 2024 que lundi, contre l’Autriche, à Düsseldorf. Mais sa campagne a été officiellement lancée à 400 kilomètres de là, alors que la grande ville portuaire du nord de l’Allemagne accueillait la première affiche du groupe D, entre les Pays-Bas et la Pologne.

Au coup de sifflet final, pas sûr que le sélectionneur tricolore soit pleinement rassuré. Les Oranje, annoncés comme leurs principaux concurrents de la phase de poules, ont certes lutté, longtemps, face aux Bialo-Czerwoni (« les Blanc et Rouge »), mais ils ont fini par l’emporter (2-1). Virgil van Dijk et ses coéquipiers ont surtout montré qu’ils étaient capables de dominer les débats et que, s’ils arrivent à régler leur manque d’efficacité devant le but, ils pourraient se révéler redoutables. Pire, les Bleus devront aussi se méfier de leurs adversaires du jour, bien décidés à déjouer les pronostics.

« Tout le monde dit que nous allons perdre, que nous n’avons aucune chance [dans ce groupe et cet Euro]. Mais on a créé une équipe, dont chaque membre est prêt à se battre les uns pour les autres », rappelait, avant la rencontre, le milieu polonais Piotr Zielinski, qui avait récupéré le brassard de capitaine en l’absence de Robert Lewandowski – blessé et contraint de regarder le match depuis le banc de touche.

Cody Gakpo très en jambes

Dans le Volksparkstadion presque entièrement acquis à la cause de leurs rivaux, privés de leur meilleur joueur et malgré un effectif affaibli par les blessures, les Bialo-Czerwoni ont su résister aux multiples assauts offensifs des Néerlandais, bataillant sur chaque ballon. Ils se sont même offert le luxe de mener au score, contre le cours du jeu, à la 16e minute, grâce à une tête d’Adam Buksa, venu remplacer en pointe l’attaquant du FC Barcelone.

Après de multiples tentatives vaines côté batave, l’attaquant Cody Gakpo, très en jambes et désigné homme du match, a fini par trouver le chemin des filets pour remettre son équipe à niveau d’une frappe puissante, suffisamment déviée par Bartosz Salamon pour surprendre Wojciech Szczesny (29e).

Malgré leur domination et une flopée d’occasions, les hommes de Ronald Koeman ont dû attendre la toute fin de match pour faire la différence, grâce au remplaçant de luxe Wout Weghorst, buteur d’une demi-volée sur son premier ballon (83e). « On aurait dû mener 4-1 en fin de première période, mais c’est de notre faute, on doit être plus efficaces », a reconnu le sélectionneur néerlandais, heureux d’avoir pu profiter de la profondeur de son banc, « les profils variés des joueurs à [sa] disposition pour rectifier le tir en cours de match ».

Il vous reste 39.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici