AccueilSportsEuro 2024 : Julian Nagelsmann, le jeune maestro qui fait à nouveau rêver...

Euro 2024 : Julian Nagelsmann, le jeune maestro qui fait à nouveau rêver l’Allemagne

Julian Nagelsmann n’est pas de ceux qui ont la tête dans les nuages. Il préfère les crampons bien ancrés au sol. Pourtant, lors de son intronisation comme sélectionneur de l’Allemagne, fin septembre 2023, le Bavarois a partagé un rêve : transformer le championnat d’Europe des nations de football, dont son équipe donne le coup d’envoi, vendredi 14 juin face à l’Ecosse à Munich, en « un Sommermärchen 2.0 ». Comprendre, que le pays revive le « conte de fées estival » du Mondial 2006, à domicile, marqué par un immense élan populaire et une troisième place finale.

Longtemps, l’affaire a paru relever de la chimère. La Mannschaft au palmarès étincelant – quatre fois championne du monde et trois fois d’Europe – a vu son étoile pâlir. Au firmament en 2014, vainqueure du Mondial au Brésil, elle a atteint les demi-finales de l’Euro 2016 en France, avant d’enchaîner deux sorties dès les phases de groupes des éditions 2018 et 2022 de la Coupe du monde ; et une élimination par l’Angleterre (2-0) en huitièmes à l’Euro 2021.

Malgré la réputation de prodige qui précède Julian Nagelsmann – forgée par ses passages réussis sur les bancs d’Hoffenheim et du RB Leipzig –, ils étaient peu à imaginer le technicien de 36 ans endosser le costume d’homme providentiel d’un groupe en perdition. « Les gens étaient assez désabusés, retrace Dietmar Hamann, ancien cadre de la sélection allemande, désormais consultant pour Sky Sport Germany. L’état d’esprit était le suivant : peu importe qui prend la relève, l’équipe n’est pas assez bonne. »

Les premières sorties du plus jeune entraîneur de l’histoire de la Mannschaft depuis 1926 seront d’ailleurs compliquées : un seul succès en quatre matchs amicaux disputés fin 2023. Mais l’Allemagne a retrouvé des couleurs lors de la trêve internationale du mois de mars avec deux victoires de prestige en France (0-2), puis contre les Pays-Bas (2-1).

Ces résultats ont convaincu la fédération allemande (DFB) de prolonger le contrat de son sélectionneur – qui courait initialement jusqu’à la fin de la compétition continentale – jusqu’à la conclusion du Mondial 2026. « Aujourd’hui, les gens attendent l’Euro avec impatience, poursuit Dietmar Hamann. Ce qui était loin d’être le cas il y a encore quelques mois. »

Plusieurs records de précocité

L’histoire de Julian Nagelsmann est celle d’une ambition contrariée. A l’été 2006, quand le pays vibre de concert avec sa sélection, il s’apprête à souffler ses 19 bougies – il est né le 23 juillet 1987 – et s’imagine encore une carrière de défenseur central. Les blessures récurrentes et une opération au genou auront vite raison de ce projet. Le médecin lui diagnostique un risque d’arthrose. A 20 ans, il se retrouve sur la touche.

Il vous reste 65.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici