AccueilCultureFrédéric Beigbeder: «C’est la chienlit, Don Quichotte président!»

Frédéric Beigbeder: «C’est la chienlit, Don Quichotte président!»

CHRONIQUE – Il est temps d’appeler un chevalier à la rescousse.

Cet article est issu du «Figaro Magazine»

J’ignore, en écrivant ceci, quel gouvernement la France aura choisi ce week-end, ni même s’il y en aura un. Une chose est sûre: passer «un été avec Don Quichotte» est urgent par ces temps troublés. Ce personnage superbe symbolise la folie des hommes avec élégance et absurdité. «Oui, avoue le chevalier, je suis peut-être fou, mais à tout prendre je le suis moins que la société où nous vivons.» Peu de phrases écrites il y a quatre siècles sont aussi actuelles.

Le petit essai de William Marx débute par ce constat: Cervantès est indémodable. Son pastiche de roman de chevalerie a été rédigé en pleine déconfiture globale: à l’époque, c’est l’aristocratie de cour qui remplace la chevalerie ancestrale, le catholicisme qui est contesté, on découvre d’autres continents… Don Quichotte de la Manche est un roman de la perte des illusions. Sa lecture est donc recommandée en plein réchauffement climatique et belliqueux. Le chevalier à la triste figure, sa dulcinée…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici