AccueilActualités FranceGuillaume Tabard: «Après les législatives, une reconstruction sans architecte

Guillaume Tabard: «Après les législatives, une reconstruction sans architecte

CONTRE-POINT – Le casse-tête résultant de la dissolution met en lumière l’absence de toute figure ayant la légitimité suffisante pour imposer ne serait-ce qu’une méthode pour sortir de la crise politique.

Le casse-tête résultant de la dissolution est une équation à deux inconnues. Il y a d’abord, bien entendu, l’absence de majorité absolue au sein de la nouvelle Assemblée nationale ; chacune des trois alliances, y compris le Nouveau Front populaire, en est loin et tout attelage alternatif paraît bien théorique. Mais il y a ensuite l’absence de toute figure ayant l’autorité ou la légitimité suffisantes pour imposer ne serait-ce qu’une méthode ou un calendrier pour sortir de la crise politique.

Président de la République, Emmanuel Macron a, en théorie, la légitimité institutionnelle pour prendre une initiative. C’est à lui, et à lui seul, que la Constitution confère le droit de nommer le premier ministre. Mais qui se soucie vraiment de son avis ? Pas la gauche qui, forte de l’efficacité électorale, ne veut rien négocier avec lui et tout lui imposer : le nom du chef du gouvernement et l’action à mettre en œuvre. Pas les siens non plus qui, de Gabriel Attal à Yaël Braun-Pivet, d’Édouard…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici