AccueilÉconomie«Il y a une colère qui monte»: le patron de TotalEnergies envisage...

«Il y a une colère qui monte»: le patron de TotalEnergies envisage de baisser le plafonnement à la pompe pour les 5 millions d’abonnés de son offre gaz-électricité

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Tout en émettant cette idée, Patrick Pouyanné a confirmé que le plafonnement à 1,99 euro appliqué par le groupe au litre de carburant à la pompe était appelé à durer.

Le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a déclaré samedi envisager de «peut-être» baisser, pour les clients abonnés à son offre gaz-électricité, le plafonnement à 1,99 euro appliqué par le groupe au litre de carburant à la pompe. «Cette mesure, oui elle est là, oui elle va rester», a déclaré le dirigeant du géant français lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence, à propos de ce plafonnement. «J’envisage même d’ailleurs, pour ceux qui sont à la fois abonnés à TotalEnergies gaz électricité, et qui ont acheté de l’essence, peut-être de baisser le plafond», a-t-il ajouté.

Interrogé par l’AFP à l’issue de la table ronde lors de laquelle il s’exprimait, Patrick Pouyanné a refusé de donner des détails sur cette mesure éventuelle. Selon les informations recueillies par le Figaro, l’énergéticien compte 5 millions de clients particuliers pour son offre gaz et électricité. Si elle devait se concrétiser, cette piste constituerait donc un sérieux coup de pouce pour un grand nombre de Français.

«Cette décision que j’ai prise», a souligné le dirigeant à propos du plafonnement, «elle n’est pas totalement rationnelle économiquement. Je ne l’ai fait qu’en France d’ailleurs». «Pourquoi? Parce que quelque part je vois bien que face à cette question du prix de l’énergie, il y a une colère qui monte», a-t-il poursuivi à la veille du second tour d’élections législatives historiques en France, marquées par une forte montée du Rassemblement national. «Les entreprises, et je le crois de plus en plus, dans ce monde compliqué, fracturé, ont sans doute un rôle de plus en plus important à assumer», a-t-il estimé.

«Une forme de responsabilité sociale de l’entreprise»

Alors que les prix des carburants ont suivi une tendance à la baisse ces derniers mois, ce plafonnement à 1,99 le litre bénéficie surtout aux stations-service des territoires ruraux, où leur acheminement coûte plus cher. «C’est une politique qui a complètement rencontré l’assentiment des Français, ça c’est clair», a constaté le dirigeant du groupe. «Elle correspond à une forme de responsabilité sociale de l’entreprise, à laquelle je crois. Dans ce débat-là, on doit intervenir avec des actes concrets, nous les entreprises», a-t-il insisté.

«On ne peut pas simplement dire tout ça ce n’est pas notre problème, parce que c’est notre problème, nous vivons dans cette société», a conclu Patrick Pouyanné, en disant espérer que «le débat français revienne vers du positif». Le PDG avait déjà indiqué début 2024 le maintien du plafonnement sur l’année en cours, et «peut-être même au-delà». Le groupe n’a jamais livré de chiffre sur le coût éventuel de cette mesure, pour la première fois mise en œuvre en 2023, quand les prix étaient très élevés.

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici