AccueilInternationalA l’Assemblée nationale, Volodymyr Zelensky remercie la France de son soutien devant...

A l’Assemblée nationale, Volodymyr Zelensky remercie la France de son soutien devant un Hémicycle clairsemé

Ovation nourrie des parlementaires. Il est 10 h 02 lorsque Volodymyr Zelensky pénètre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, aux côtés de sa présidente, Yaël Braun-Pivet. Les rangs sont clairsemés, à peine 200 députés ont fait le déplacement – sur 577 – pour assister à la déclaration d’un chef d’Etat en guerre depuis plus de deux ans.

Les uns sont retenus en circonscription, les autres ont tout simplement donné une fin de non-recevoir à l’invitation tardive de la présidente de l’Assemblée, à quelques heures de la fin de la campagne des européennes. Plusieurs présidents de groupes parlementaires manquent à l’appel, à l’instar de l’élu Les Républicains Olivier Marleix, de l’« insoumise » Mathilde Panot, du communiste André Chassaigne ou du président du groupe Horizons, Laurent Marcangeli. « La France et son Assemblée nationale sont à vos côtés », déclare, depuis le perchoir, le quatrième personnage de l’Etat, face au président ukrainien.

Au premier rang, sont installés, les anciens présidents de l’Assemblée nationale, Louis Mermaz et Jean-Louis Debré, l’ex-premier ministre socialiste, Manuel Valls, et Alain Juppé, membre du conseil constitutionnel. Le premier ministre, Gabriel Attal est, lui aussi, présent aux côtés des ministres, Stéphane Séjourné (affaires étrangères) et Marie Lebec (relations avec le Parlement).

La France remerciée pour son soutien militaire

Depuis le déclenchement de l’offensive russe menée par Vladimir Poutine, le 24 février 2022, c’est la deuxième fois que l’enceinte du Palais-Bourbon se fait l’écho d’une allocution solennelle du président ukrainien. Moins d’un mois après l’invasion de son pays, M. Zelensky avait entamé une tournée, par visioconférence, des parlements occidentaux, pour interpeller la communauté internationale sur le devenir de son état face à l’agression russe. Il s’était alors exprimé devant les parlementaires français, le 23 mars 2022, leur rappelant la nécessité de soutenir l’Ukraine, entre plusieurs références à l’histoire française.

Plus de deux ans après, paré de noir et de kaki, Volodymyr Zelensky s’élance à la tribune de l’Assemblée nationale, en marge des cérémonies commémorant les 80 ans du Débarquement et s’autorise un parallèle entre hier et aujourd’hui, le nazisme et les velléités guerrières de Vladimir Poutine. « Cette guerre peut s’étendre, tout comme il y a quatre-vingts ans. (…) Dans les années 1930, Hitler a franchi ligne après ligne. Poutine fait de même », a soutenu M. Zelensky.

« Le régime russe ne connaît pas de limites. L’Europe ne lui suffit plus », a-t-il asséné, accusant le président russe d’avoir « rejeté la solution diplomatique en commençant une guerre à grande échelle et en choisissant le génocide des Ukrainiens plutôt qu’un dialogue avec l’Ukraine ». Le président ukrainien a ensuite remercié à plusieurs reprises la France pour son soutien militaire et diplomatique. « Emmanuel, monsieur le Président, je voudrais te remercier aussi de n’avoir pas laissé l’Europe sans leader et l’Ukraine sans la France au moment qui était décisif », a-t-il déclaré, sous les applaudissements nourris des élus du camp présidentiel.

Il vous reste 47.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici