AccueilInternationalAu Burkina Faso, les avocats en grève après l’incarcération de leur confrère...

Au Burkina Faso, les avocats en grève après l’incarcération de leur confrère Guy Hervé Kam

Au Burkina Faso, les avocats ont commencé une grève paralysant de nombreux tribunaux, mardi 4 juin, pour exiger le respect de la procédure pénale et des décisions de justice après l’incarcération d’un de leurs confrères, a constaté un journaliste de l’AFP. Les avocats burkinabés ont déserté les tribunaux de Ouagadougou, où certaines audiences n’ont pu se tenir. « C’est presque l’ensemble des juridictions qui sont paralysées », a déclaré à l’AFP un greffier du tribunal de grande instance de Ouagadougou ayant requis l’anonymat.

« Le Conseil de l’ordre » des avocats a « décidé de l’arrêt de travail par tous les avocats du Burkina Faso » du « mardi 4 juin au samedi 8 juin inclus, sur toute l’étendue du territoire national », a annoncé lundi le bâtonnier Siaka Niamba dans un communiqué : « Les avocats devront, au cours de cette période, s’abstenir d’occuper ou de participer aux audiences devant toutes les juridictions sans exception. » Il s’agit notamment « d’interpeller les autorités sur le respect des règles régissant la procédure pénale au Burkina Faso à l’égard de toute personne mise en cause » et sur « le respect et l’exécution des décisions de justice par l’Etat », poursuit M. Niamba : « Sans ces impératifs, notre mission et celles de l’Etat de droit sont vaines. »

Cette grève se tient après l’incarcération, jeudi 30 mai, de Guy Hervé Kam à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Arrêté fin janvier, il avait été libéré mercredi puis immédiatement interpellé de nouveau à Ouagadougou. Le 7 mars, un tribunal avait ordonné sa libération immédiate. Une décision confirmée en appel le 23 avril.

Me Kam est poursuivi pour « complot contre la sûreté de l’Etat » et « association de malfaiteurs », selon ses avocats et le parquet militaire. Sa défense rapporte qu’il est accusé d’avoir, avec d’autres, « ourdi un complot pour tenter de renverser le régime [militaire] en place » et s’être « organisé pour attenter à la vie de certaines autorités ». Des accusations jugées « ridicules » par le collectif des avocats de Me Kam, qui a, tout comme Amnesty International, exigé sa libération.

Guy Hervé Kam est notamment le cofondateur du Balai citoyen, un mouvement qui avait joué un rôle capital dans la chute du régime de Blaise Compaoré en 2014. Plusieurs cas d’enlèvements de personnalités considérées comme hostiles au régime militaire au pouvoir depuis un coup d’Etat, en septembre 2022, et dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré, ont été rapportés ces derniers mois à Ouagadougou.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici