AccueilInternationalAu-delà d’un soutien massif à Israël, les Etats-Unis à la recherche d’une...

Au-delà d’un soutien massif à Israël, les Etats-Unis à la recherche d’une stratégie globale au Moyen-Orient

Considérés comme responsables de violences en Cisjordanie, quatre colons juifs viennent d’être frappés, pour la première fois, par des sanctions américaines. Jeudi 1er février, Joe Biden a signé en ce sens un décret présidentiel à l’ampleur limitée mais créant un précédent. Constatant les « niveaux intolérables » de ces violences, le document mentionne « le déplacement forcé de personnes et de villages, et la destruction de biens ». Les quatre individus visés sont interdits d’entrée sur le territoire américain. S’ils y possèdent des biens ou des affaires commerciales, ils ne pourront plus en disposer à loisir, ni effectuer de transactions financières.

Au vu du profil de ces hommes, leur vie n’en sera guère affectée, au-delà de leur célébrité inattendue. Mais ces sanctions confirment une approche plus sévère de la Maison Blanche dans ce dossier, à l’aune de l’inaction du gouvernement Nétanyahou. Début décembre 2023, le département d’Etat avait adopté « une nouvelle politique de restriction en matière de visa » visant des colons violents.

Ces violences, commises en totale impunité et sous la protection de l’armée israélienne, sont documentées depuis des années par les organisations de défense des droits humains et les journalistes. Mais le contexte a changé depuis l’attaque du 7 octobre 2023 commise par le Hamas. En affichant un soutien massif à Israël, malgré le bilan humain et matériel terrible à Gaza, l’administration Biden se retrouve dans une position périlleuse. Son isolement diplomatique est saisissant. Ses bases militaires au Moyen-Orient sont attaquées par des groupes armés. Sur le plan intérieur, à neuf mois du scrutin présidentiel, Joe Biden est confronté à la menace d’une démobilisation d’une fraction de son électorat en raison de ses positions pro-israéliennes.

Eviter une régionalisation du conflit

La Maison Blanche cherche donc à envoyer des signaux de rééquilibrage et à redonner une cohérence à un tableau chaotique. C’est tout sauf une coïncidence : la publication du décret a eu lieu quelques heures avant le déplacement de Joe Biden dans le Michigan, Etat où vit une forte communauté arabo-musulmane d’environ 310 000 personnes.

Dans un communiqué, le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, établit même un lien inédit. Il estime que ces violences des colons juifs « menacent la sécurité nationale et les intérêts en politique étrangère des Etats-Unis ». Cette formule reconnaît une évidence : dans la foulée du 7 octobre, le conflit israélo-palestinien s’est doublé d’une dimension régionale, comme l’illustrent les attaques des houthistes et des milices pro-iraniennes en Syrie et en Irak contre les forces américaines. La Maison Blanche prépare d’ailleurs une campagne de frappes en réponse.

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici