AccueilInternationalElections européennes 2024 : pourquoi certaines listes appellent leurs électeurs à imprimer leur...

Elections européennes 2024 : pourquoi certaines listes appellent leurs électeurs à imprimer leur bulletin de vote

Peut-être ne trouverez-vous pas trente-huit bulletins différents dans votre bureau de vote dimanche 9 juin, à l’occasion des élections européennes. Surtout si vous votez dans un territoire d’outre-mer ou dans certains départements de l’Hexagone.

En France, l’impression des bulletins de vote est à la charge des candidats. Or, sur les trente-huit listes qui prétendent officiellement à des sièges au sein du Parlement européen, toutes n’ont pas les mêmes capacités financières. Les moins dotées veillent d’autant plus à leurs dépenses que seules les listes rassemblant plus de 3 % des voix obtiendront le remboursement de leurs frais de campagne. C’est pourquoi plusieurs d’entre elles font le choix de n’imprimer qu’un nombre limité de bulletins et préfèrent appeler leurs électeurs – via leurs sites Internet, leurs réseaux sociaux et des communiqués – à imprimer le leur avant de se rendre aux urnes.

« Nous n’avons pas les moyens d’imprimer des bulletins pour tous les électeurs et électrices, ni même n’aurions eu le temps de le faire si nous en avions eu les moyens financiers », assume Charles Hoareau, militant CGT marseillais impliqué dans la défense des chômeurs et tête de liste de l’Association nationale des communistes. Un certain nombre de bulletins, dont la quantité n’a pas été précisée, sera toutefois imprimé et disponible dans des bureaux de vote. « Nous avons ciblé les deux cents communes les plus importantes du territoire [sur près de 35 000] », rapporte M. Hoareau.

Des coûts d’acheminement « exorbitants »

Le Parti pirate, dont la liste n’avait obtenu aucun élu en 2019, cible aussi certains départements plus stratégiques que d’autres. « Nous avons choisi [ceux] dans lesquels nous avons fait de bons résultats lors des derniers scrutins, mais aussi [ceux dans] lesquels nous avons des forces militantes en capacité de gérer certains aspects logistiques, en lien avec les préfectures qui réceptionnent » les bulletins, explique François Tabuteau, le porte-parole du parti. Une carte spécifiant les départements approvisionnés a été mise à la disposition des électeurs.

Créé en 2021, le parti écologiste Equinoxe a, de son côté, fait le choix d’imprimer 5 millions de bulletins de vote répartis au prorata du nombre d’électeurs inscrits. La quantité variera donc en fonction des départements. Le parti a fait le raisonnement suivant : « Nous étions contraints budgétairement de n’acheter qu’environ 5 millions de bulletins, [dont le coût total revient] à 55 000 €. Nous pensons qu’une petite proportion d’électeurs prend l’ensemble des bulletins de vote, y compris le nôtre, le jour [du vote]. Compte tenu de l’abstention attendue, si moins de 20 % des participants prennent un bulletin Equinoxe, alors il en restera même à la fin de la journée. » Le parti n’exclut toutefois pas des pénuries et demande donc aussi à ses électeurs d’imprimer leur bulletin s’ils le peuvent.

Le Parti animaliste, porté par Hélène Thouy, qui avait obtenu 2,16 % des voix aux précédentes élections, ainsi que le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) –Révolutionnaires et sa tête de liste Selma Labib, conductrice de bus de 28 ans, assurent que leurs bulletins seront présents dans tous les bureaux de vote de France hexagonale, mais manqueront dans les territoires d’outre-mer, à l’exception de La Réunion. En cause : des « frais d’envoi bien trop élevés », voire « exorbitants ». Le NPA-Révolutionnaires regrette que cela introduise « d’ailleurs une inégalité » et interroge  : « De quel droit certains électeurs auraient moins de choix que d’autres ? »

Imprimer un bulletin de vote conforme

Ces bulletins à fabriquer soi-même sont disponibles au téléchargement sur les sites internet des partis concernés. Mais, prévient le Parti animaliste, dans l’hypothèse où des bulletins sont disponibles dans un bureau de vote, le « fait maison » n’est pas à privilégier. Ceci afin d’« éviter tout risque d’invalidation » du vote.

En effet, des règles précises s’imposent aux électeurs qui souhaitent imprimer leur bulletin. Et si ce dernier ne respecte pas les dispositions requises, il sera considéré comme nul. Le bulletin doit être imprimé sur une feuille A4 blanche, au format paysage, en recto verso. Le grammage de la feuille doit être compris entre 70 et 80 grammes et une seule couleur d’encre est autorisée.

Face à la sensibilité de l’opération, certains territoires prennent les devants. La commune de Saint-Germain-lès-Corbeil en Essonne (Essonne) a ainsi prévenu que les bulletins de dix-sept listes seront à imprimer directement par les électeurs. Elle souligne par ailleurs que « le bulletin doit être identique à celui validé par la commission nationale de propagande ou livré directement aux bureaux de vote. Le président du bureau de vote dispose d’un modèle validé pour s’assurer de la conformité des bulletins trouvés dans l’urne ». Tant que ces documents ne comportent pas de mention manuscrite, ces bulletins sont valables.

Par ailleurs, un électeur ne peut pas non plus imprimer des bulletins en nombre pour les mettre à disposition des autres. La commune essonnienne rappelle que « seul un représentant de la liste dûment mandaté peut déposer des bulletins de vote auprès du maire ou du président du bureau de vote ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Européennes 2024 : « Plus jamais ça, c’est maintenant »

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici